Article
4 min
06/04/2018

Orosound : diminuer les nuisances sonores en open space

Vous avez fondé Orosound en mai 2015 avec Éric Benhaim. Quel a été le déclic ?

Mon associé est docteur en traitement du signal et je suis ingénieur en acoustique. À l’origine, nous souhaitions développer un produit au service des personnes âgées malentendantes ou en perte d’audition, qui permette d’annuler les bruits ambiants tout en laissant passer certains sons, comme celui de la voix.

Pour quelle raison vous être finalement positionné sur le marché des entreprises ?

Après avoir effectué une étude de marché poussée, et surtout à la lumière des enseignements d’une étude Ifop sur les nuisances sonores publiée à cette époque, fin 2014. Cette étude révélait un problème majeur : le bruit dans les espaces ouverts de travail source de gêne et de perte de concentration pour 84 % des cadres.

Or, la qualité de vie au travail (QVT) est devenue un réel sujet pour les entreprises, directement relié à la performance de l’organisation. La perte de productivité causée par le bruit est estimée à 18 milliards d’euros par an[1]. Pour faire face aux nuisances sonores, les salariés n’ont pas d’autre choix que de mettre des bouchons d’oreille ou de se coiffer de casques. Des solutions qui coupent toute collaboration.

Vous avez donc créé Tilde, pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Il s’agit d’une paire d’écouteurs conçus sur le principe des casques audio à réduction de bruit. Ils filtrent les bruits parasites mais laissent passer les conversations. Réel outil de travail, ils permettent les appels téléphoniques, l’écoute de musique, les visioconférences… Grâce à une molette, l’utilisateur peut varier l’intensité du bruit ambiant à 360 °. L’idée, c’est de trouver la bonne balance entre les besoins de concentration et de collaboration.

Qu’en pensent les utilisateurs ?

Le produit, qui sortira dans en septembre, a été testé par une centaine de personnes et nous avons reçu de nombreux retours positifs. Les gens nous remercient d’avoir trouvé une solution à leur problème. Nous avons enregistré 550 précommandes sur notre site internet. Depuis février 2017, les premiers tests grandeur nature sont menés dans plus d’une trentaine de groupes français*. Nous avons, en outre, remporté le trophée d’or de l’innovation dans la catégorie « Risques professionnels, naturels et industriels » lors du salon Expoprotection 2016. Une reconnaissance des professionnels de la prévention et de la gestion des risques qui nous a beaucoup encouragés.

Orosound était aussi au CES[2] de Las Vegas. Avez-vous une ambition internationale ?

Bien sûr, le marché américain est très attrayant de par le nombre de ses salariés mais aussi leur spécificité. Aux États-Unis, près de 80 % des employés sont nomades, travaillant dans des espaces de coworking, des cafés, les transports… Tilde se prête bien à cet usage qui se développe aussi en France. Lors du CES, nous avons rencontré des distributeurs et des partenaires industriels et nous commençons à travailler avec la French Tech Hub qui accompagne les entreprises innovantes aux États-Unis.


Pour plus d’informations : https://www.orosound.com/fr/

[1] Le coût social des pollutions sonores, étude EY pour le compte du Conseil national du bruit et de l’ADEME, mai 2016.

[2] Consumer Electronic Show (CES), le plus grand salon dédié aux loisirs technologiques et à l’univers du numérique, s’est déroulé du 5 au 8 janvier 2017.

 

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.