Article
3 min
15/05/2018

Rapport Villani : un nouvel indice IA et emploi pour les entreprises

Il était attendu depuis plusieurs mois, il est désormais consultable par tous sur le site AI for Humanity et ses mesures phares ont déjà été tweetées et retweetées.  Le sémillant mathématicien et député LRM, Cédric Villani, a présenté ce jeudi, au Collège de France, son rapport sur l’Intelligence Artificielle (IA) destiné à permettre à la France de rattraper son retard dans la course à l’innovation technologique menée par le duopole sinocalifornien. Le comptoir mm s’est donc penché sur les premières mesures prises pour aider les entreprises à anticiper les effets de l’IA sur l’emploi.

Une action prospective gouvernementale

Anticiper plutôt que subir, tel est le maitre mot. Pour le gouvernement, l’urgence est de « bâtir un écosystème français et européen » de l’intelligence artificielle autour de quatre grands secteurs prioritaires : santé, environnement, transports et défense. Au total 1,5 milliard d’euros de crédits public seront consacrés sur l’ensemble du quinquennat. Mais au-delà des efforts mis sur la recherche, notamment avec un triplement des effectifs spécialisées en IA d’ici à 2020 et la mise en place d’un réseau d’instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle, le rapport Villani recommande plusieurs mesures étatiques pour aider les entreprises à anticiper les effets du développement de l’IA sur l’emploi. Là encore le volontarisme est au rendez-vous.

Un cadre favorable à l’accueil de l’IA dans les entreprises

Si personne ne sait comment le travail va évoluer, pour un grand nombre de métiers, les individus seront fatalement amenés à travailler en collaboration avec une machine. Mais comment définir cette complémentarité ? En effet, toutes les complémentarités ne se valent pas…Obéir aux ordres d’un robot, perdre le contrôle sur les processus, sont des modes de complémentarité qui seront bien loin de développer les compétences des collaborateurs et de favoriser leur bien-être au travail. Aussi pour prévenir le risque d’une complémentarité homme-machine aliénante, le rapport recommande la création « d’un indice de bonne complémentarité à destination des entreprises», un critère qui permettra de distinguer les modes de complémentarités souhaitables, dites « capacitante », c’est-à-dire qui révèleront le potentiel humain, des modes de complémentarité néfastes qui créeront de la souffrance au travail par une perte d’autonomie du salarié. Cet indice devra être défini avec l’ensemble des parties prenantes ( syndicats, l’État, le monde de la recherche…), et sera nourri par une réflexion sur les modalités de cette complémentarité et les nouvelles compétences rendues nécessaires ainsi que par des expérimentations concrètes . « Un lab d’expérimentations de la transformation au travail » y sera d’ailleurs dédié. Enfin, sur le plan législatif, l’action publique prévoit d’adapter la législation actuelle sur les conditions de travail aux nouveaux modes de travail à l’ère de l’IA et aux risques relatifs aux technologies numériques.

Toutes ces préconisations vont dans la bonne direction et confirment que l’entreprise doit se penser comme générateur d’avenir capable de fabriquer une IA made in France. Le Comptoir sera donc au rendez-vous pour suivre la mise en place effective de ces mesures.

Pour en savoir plus : https://www.aiforhumanity.fr/

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.