Article
7 min

Bien-être au travail, tour du monde des pratiques innovantes

Si les contextes économiques, marchés de l’emploi et différences culturelles ont une incidence sur les attentes des salariés, une chose est sûre : le bien-être au travail est un enjeu croissant pour les entreprises en ce qu’il impacte directement l’engagement des collaborateurs, donc leur performance. Que font alors les entreprises des pays où l’on est particulièrement heureux d’aller travailler ? Petit tour du monde des pratiques innovantes.

Inde : renforcer la confiance entre hiérarchie et salariés

Selon plusieurs études, l’Inde est l’un des pays où les salariés sont les plus heureux. HCL Technologies, société d’informatique, multiplie les bonnes pratiques RH. Parmi celles-ci, la mise en place d’un forum interne appelé « U&I » (« Vous et moi ») depuis lequel les salariés interpellent qui ils souhaitent dans l’entreprise, dont la direction, sur n’importe quel sujet. Devant le succès rencontré par cette initiative qui fait la part belle au principe de transparence, un second volet a été ouvert, centré sur les problèmes stratégiques de l’entreprise[1]. En sollicitant les salariés et en autorisant l’expression de leurs doutes ou de leurs éventuelles critiques, la direction a renforcé la confiance entre collaborateurs et le lien avec l’entreprise.

 États-Unis : engager davantage les collaborateurs

D’après le baromètre Edenred-Ipsos[2] sur le bien-être au travail mené dans les 15 plus grandes économies du monde, les États-Unis réunissent 77 % de salariés satisfaits. Chez Morning Star, entreprise californienne spécialisée dans la transformation de tomates, ce sont les quelques centaines de salariés qui jugent des stratégies pertinentes pour l’entreprise et fixent leurs objectifs de production et de rentabilité. Ils signent ensuite des contrats d’engagement, accessibles à tous depuis le réseau social de l’entreprise. Pour son PDG, l’engagement mutuel provoque « une véritable dynamique coopérative et les objectifs atteints sont plus élevés que lorsqu’ils sont décidés unilatéralement par un manager »[3].

Brésil : préserver le bien-être des salariés

Chaque jour, les ouvriers des usines FIAT de Betim n’enregistrent plus leur horaire d’arrivée mais annoncent leur humeur à l’aide d’une couleur : vert, orange ou rouge. Ceux qui optent pour le rouge, signalent qu’ils rencontrent un problème, ils sont alors reçus par des managers formés spécifiquement et qui tentent de trouver une solution. Preuve que la mesure est utile et répond à un besoin : 80 % des salariés appuient sur le bouton rouge au moins une fois par an[4].

Belgique : responsabiliser comme clé du bonheur

La Belgique fait partie des pays où le taux de satisfaction des salariés est modéré mais certaines pratiques étonnantes méritent d’être notées. Par exemple, cette mesure mise en place entre 2009 et 2014 par le ministère de la Sécurité sociale qui a consisté à « libérer » les équipes : horaires flexibles, bureaux non attitrés, télétravail possible 3 jours par semaine, etc. « La productivité a augmenté de 20 % au minimum et jusqu’à 350 % dans certaines équipes en les laissant juste s’organiser comme elles le voulaient », explique Laurence Vanhée, Chief Happiness Officer en charge de cette transformation. « On a aussi réalisé d’énormes économies sur les coûts fixes (loyer, téléphone, énergie) et tout d’un coup on s’est mis à crouler sous les candidatures spontanées »[5].

Suède : miser sur la journée de 6 heures

Ces dernières années, plusieurs entreprises suédoises ont introduit la journée de travail de 6 heures. Parmi elles, la société Filimundus, installée dans la capitale et qui développe des applications mobiles. Selon son PDG, Linus Feldt : « La journée de 8 heures n’est pas aussi productive qu’on le pense. Rester concentré pendant tout ce temps sur une tâche spécifique est un incroyable défi. Pour y arriver, on finit par mélanger les choses et faire des pauses pour rendre la journée plus supportable. En même temps, nous avons du mal à gérer notre vie privée.[6] » Le but de l’expérience est de rendre leur motivation aux équipes mais aussi de leur permettre d’être plus efficaces lorsqu’elles sont au travail. Sur les 6 heures que constituent désormais leurs journées, les collaborateurs ne sont donc pas autorisés à utiliser les médias sociaux, il n’y a pas non plus de distractions particulières et le nombre de réunions est réduit à son minimum. « J’ai le sentiment qu’il est désormais plus facile pour mes collaborateurs de focaliser sur le travail qui doit être fait, d’avoir l’endurance pour le faire mais qu’il leur reste aussi de l’énergie quand ils quittent le bureau », conclut Feldt.


[1] https://www.questions-de-management.com/hcl-technologies-un-bel-exemple-de-management-par-les-competences/

[2] http://www.ipsos.fr/sites/default/files/doc_associe/2016_barometre_edenred-ipsos_bienetreautravail_avril2016.pdf

[3]<!/a> http://www.journaldunet.com/management/ressources-humaines/1165130-ces-techniques-de-management-originales-et-qui-marchent/1165169-des-salaries-strateges

[4] http://www.journaldunet.com/management/expert/58679/les-pratiques-manageriales-les-plus-innovantes-du-monde.shtml

[5] https://start.lesechos.fr/rejoindre-une-entreprise/actu-recrutement/classement-happy-at-work-les-entreprises-ou-l-on-est-heureux-4868.php?7dOelshryWEi6j7O.99

[6] http://www.independent.co.uk/news/world/europe/sweden-introduces-six-hour-work-day-a6674646.html [en]

POUR ALLER PLUS LOIN,NOUS VOUS RECOMMANDONS...

Bonheur au travail
Article
5 min

Le bonheur, booster de performance

Notre newsletter
Recevez chaque semaine une synthèse de l'actualité dans votre boite mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.