Article
5 min

Congés sans limites, une idée prometteuse ?

Le principe des vacances libres et autogérées est simple : le salarié a une entière liberté pour choisir la fréquence et la durée de ses congés. Les seules conditions consistent au respect des minima imposés par la législation (5 semaines, RTT…), à l’obtention de l’accord de son supérieur et à s’assurer que son absence ne nuira ni à l’atteinte des objectifs ni au bon fonctionnement de son équipe.

C’est dans les entreprises de la Silicon Valley que le concept est pratiqué, depuis plusieurs années par Netflix et repris par plusieurs autres sociétés parmi lesquelles Virgin ou Evernote. Il s’agit d’une petite révolution dans un pays où 51 % des salariés ne consomment pas la totalité de leurs 15 jours de congés et où ils sont 61 % à avouer travailler pendant leurs congés.

Vacances illimitées, un pari gagnant aux États-Unis

Du point de vue du salarié, l’avantage semble évident. Il est libre de prendre le temps qu’il estime nécessaire pour se ressourcer. Pour les dirigeants et managers, le pari est plus risqué. Pourtant, cette politique managériale d’un nouveau genre vise à privilégier la confiance et la responsabilisation individuelle des salariés. Et le pari est payant. En effet, les salariés concernés ne prendraient au total que 2 jours de congés de plus que le maximum auparavant autorisé. La plupart préfèrent profiter de cette liberté pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle au quotidien, en s’octroyant un jour de congé pour bénéficier d’un long week-end de temps à autre plutôt que de partir de longues semaines. Selon les responsables de Netflix ou de Virgin, les bénéfices de l’instauration des congés illimités sont nombreux : bien-être, fidélisation, engagement des salariés, cohésion d’équipe et, par voie de conséquence, les effets sur la productivité sont positifs. À cette liste des avantages, on peut ajouter les économies de temps et d’argent générées par la suppression des formalités administratives ou le paiement des reliquats de jours de congés.

Et en France ?

Le concept des vacances sans limite a traversé l’Atlantique, la filiale française d’Indeed et la start-up Kwaga accordent une totale liberté à leurs salariés pour la gestion de leurs congés. Et les premières expérimentations en France semblent plutôt concluantes. Selon Arnaud Devigne, directeur général d’Indeed France, dès lors que l’adhésion des managers est acquise et que des systèmes performants de mesure de la performance sont établis, l’incidence des congés illimités sur l’ambiance et la motivation des équipes se révèle très positive. Et aucun abus n’a, à ce jour, été constaté. Philippe Laval, fondateur de la start-up parisienne Kwaga, partage le même enthousiasme et la même analyse. Convaincu de l’importance du dialogue et du management, il a, par exemple, instauré une réunion quotidienne de 3 minutes afin de permettre à ses employés de faire le point sur l’état d’avancement de leurs dossiers et…  de leurs projets de vacances.

Vers une généralisation des vacances illimitées ?

Particulièrement bien adapté aux entreprises high-tech et aux start-ups dont les salariés, souvent jeunes se montrent à la fois très impliqués dans le projet d’entreprise et très attachés à leur liberté individuelle, le modèle des congés illimités est-il pour autant duplicable à l’infini ? Difficile de le dire. Une chose est sûre dans un pays où le coût du présentéisme, c’est-à-dire la présence physique d’un salarié peu ou pas productif, est évalué entre 13 à 25 milliards d’euros par an, et où 50 % des salariés se disent épuisés professionnellement, la question mérite d’être posée.

13 à 25 milliards d'euros
par année
Estimation du coût du présentéisme

POUR ALLER PLUS LOIN,NOUS VOUS RECOMMANDONS...

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.