Actualité
5 min

Dessine-moi le dirigeant de demain…

Plus souple, plus flexible, plus désintermédié, on le sait, le cadre hiérarchique de l’entreprise est bousculé par des nouvelles organisations plus horizontales et connectées. Ce n’est plus une tendance émergente mais une vraie transformation du management. L’entreprise de demain aura-t-elle encore besoin d’un dirigeant ? Cette question était au cœur de l’une des plénières de l’université d’été 2018 du Medef et nous a donné l’occasion de prendre le pouls de certains dirigeants sur ce sujet. Petit tour d’horizon des réactions.

Sprinteur ou coureur de fond, quelle image vous faites-vous du dirigeant de demain ?

Dominique Carlac’h, CEO de D&Consultants, ex-championne de France junior et Vice-Présidente du Medef, s’exprime sur le sujet.
L’image qui me vient, c’est quelqu’un de passionné, qui est dans le dépassement de lui-même et qui, du coup, inocule une passion irrationnelle à ses équipes. Parce que le côté rationnel, le côté arborescence décisionnelle, pyramidale, cartésienne ne répondra pas à la nécessité de l’efficacité économique et sociale de l’immédiateté de la réponse aux consommateurs et aux salariés. Il y a un côté spontanéité du dirigeant qui va devoir être une compétence et un talent du dirigeant de demain.

Quelles qualités premières devra avoir le dirigeant de l’entreprise de demain ?

Elisabeth Moreno, CEO de Lenovo France, nous donne des éléments de réponse.
Il faut que ce soit un homme ou une femme qui s’intéresse aux hommes et aux femmes. Il faut mettre l’humain au centre. On a trop longtemps mis les performances économiques au centre, on a trop longtemps mis les indicateurs de performances au centre et toute l’énergie qu’on a mis sur ces éléments là, c’est de l’énergie qu’on n’a pas mis sur les hommes et les femmes qui réalisaient ces performances. Je pense que les technologies aujourd’hui nous offrent suffisamment d’outils, de moyens, de nous débarrasser de toutes ces taches qui n’ont aucune valeur ajoutée humaine pour qu’on se concentre justement sur l’humain.

Comment voyez-vous le patron demain ?

Xavier de Donceel, Directeur associé de Timgrid, partage son opinion.
Dans 20 ans, le patron sera sans doute un mélange de Community manager, Dir Com, Stratégiste et un mec qui a une maîtrise beaucoup plus grande que les patrons d’aujourd’hui du digital. Le mouton à 5 pattes en sommes ? Le dirigeant est déjà un mouton à 5 pattes, mais un patron digitalisé !

Le yoga, arme maîtresse du dirigeant de demain ?

Anne-Charlotte Vuccino, CEO de Yogist, nous donne son point de vue.
Le dirigeant de demain, se sera un dirigeant qui aura à cœur de prendre soin de ses salariés non seulement parce que c’est une manière d’intégrer les nouvelles valeurs de l’entreprise, ce nouveau paradigme qui remet l’humain au cœur de l’entreprise. Et puis aussi, c’est un facteur de performance et d’efficacité.
Peut-être que le manager de demain, il aurait été formé par Yogist, à sa méthode, pour animer des mini-sessions, en salle de réunion, au début d’un échange ou d’un brainstorm important pour faire en sorte que chacun puisse donner le meilleur de lui-même.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune de 20 ans qui souhaite devenir chef d’entreprise ?

Apollonia Poilâne, Présidente des boulangeries Pain Poilâne, nous fait part de son expérience personnelle.
Je partegerais ce que mon père m’a dit lorsqu’on discutait de l’apprentissage versus les études universitaires. Il avait ce goût, en tant qu’autodidacte, d’apprendre. C’est peut-être le plus beau cadeau qu’il m’ait transmis : cette soif, cette faim de vouloir toujours apprendre. Le dirigeant de demain, c’est celui qui gardera ad vitam aeternam une soif et une faim d’apprendre et de partager.

Y aura-t-il encore des dirigeants dans 20 ans ?

Stanislas Desjonquères, CEO de Biose, nous donne son avis.
Il y aura évidemment toujours des patrons dans 20 ans, il n’y a pas d’entreprise sans patron, il n’y a pas de communauté sans leader, ça c’est une évidence.
La posture va énormément évoluer, le patron « contrôlant » va disparaître et je pense que le patron a deux missions essentielles. La première, c’est d’incarner une vision hyper claire, pour que tout le monde sache à quoi il appartient et ce qu’on fait ensemble, parce que le propre des entreprises, c’est de faire à plusieurs ce qu’on ne sait pas faire tout seul.
Et le deuxième, c’est de créer les conditions de travail qui permettent à chacun de s’autodéterminer pour choisir les rôles, les missions, les taches qui correspondent le mieux à ses appétences, à ses qualités. Autrement dit, je pense que le patron est là pour créer les conditions de la motivation et pas pour motiver.

Continuera-t-on de parler de patron dans l’entreprise du futur ?

Myriam Vander Est, Vice-Présidente d’Epic Foundation, répond à la question.
Dans 20 ans, je suis assez confiante, il y aura des patrons. Il faut des leaders ; un bateau sans capitaine, je pense qu’il ne s’en sort pas. Moi j’aime bosser pour quelqu’un que je respecte et que j’admire, ça me motive. Donc les patrons, j’y crois. Je pense que dans 20 ans, ce sera une femme. Je pense qu’il y aura énormément plus de femmes, que les sociétés s’en porteront mieux et que les marchés financiers et l’économie s’en porteront mieux. Je pense que ce sera un patron qui cherchera peut-être moins le profit et j’espère plus la longévité.

Les qualités du dirigeant de demain seront-elles les mêmes que celles d’aujourd’hui ?

Jérôme de Castries, CEO d’Afiniti, s’exprime sur le sujet.
Je crois beaucoup au charisme, il est important d’avoir des personnalités charismatiques qui sachent emmener les équipes. Je pense qu’il faut qu’ils soient responsables sur 3 niveaux : responsables socialement, avec une vraie vision pour l’entreprise ; responsables écologiquement avec une vraie vision sur le rôle de l’entreprise dans la promotion du développement durable, de maintenir cette planète qui est la nôtre et responsables économiquement de par le rôle que son entreprise a dans la société et s’assurer qu’elle contribue de manière positive à l’économie.

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.