Synthèse
5 min
19/04/2019

L’Indice du Capital Humain en Entreprise

« Il n’est de richesse que d’hommes », cette célèbre phrase du juriste et économiste Jean Bodin est plus que jamais d’actualité à l’heure où la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise est au centre des débats. Hier, le capital humain comme facteur de performance faisait partie des convictions des entreprises engagées. Aujourd’hui, le groupe Malakoff Médéric Humanis apporte la preuve effective que ce lien entre capital humain et performance existe réellement avec la parution d’un indice capable de le mesurer. Zoom sur les principaux enseignements.

Un indice fiable, robuste et représentatif

En partenariat avec EthiFinance, agence d’analyse et de conseils extra financiers spécialisée dans la RSE, Malakoff Médéric Humanis a construit l’Indice du Capital Humain en Entreprise à partir des travaux menés par le Comptoir de la nouvelle entreprise et en s’appuyant sur les recherches les plus récentes sur le sujet. Cinq grandes dimensions structurantes ont ainsi été définies, et validées par une étude spécifique conduite auprès d’un échantillon représentatif de salariés (« Capital humain et nouvelle entreprise1 ») :

– La santé et la qualité de vie au travail : pour 52% des salariés interrogés, l’attention portée au bien-être et à la qualité de vie au travail est une dimension prioritaire dans le choix d’un employeur.

– L’éthique et la démarche RSE : pour 48% des salariés, l’entreprise devrait notamment favoriser le « vivre ensemble » (intégration du handicap, égalité hommes/femmes, diversité…).

– La gestion des compétences : pour 43% des salariés, la formation, la gestion et le développement des compétences sont importants dans le choix d’un employeur.

– La création et le partage de la valeur : en moyenne, l’amélioration de la création et du partage de la valeur en entreprise est une priorité pour 64% des salariés.

– La gouvernance et le management : pour 51% des salariés, l’exemplarité des dirigeants est un facteur essentiel dans le choix d’un employeur.

Découvrez les résultats clés de l’étude en une minute !

Marc Fargeas, Responsable Veille et Prospective au sein de Malakoff Médéric Humanis, nous explique les enjeux de l’Indice et la démarche R&D du Groupe, le tout, en une minute !

Un Indice variable selon les entreprises

L’indice a été calculé, à partir de données fournies par EthiFinance, pour un échantillon de 229 entreprises du secteur privé entre 50 et 5000 salariés couvrant 56 % du CAC Small, un indice de référence des PME françaises cotées.

La moyenne de l’échantillon se situe à 45/100, avec une répartition relativement homogène, entre des acteurs n’apportant aucune garantie sur la maîtrise du capital humain en entreprise jusqu’aux acteurs dotés de politiques sociales formalisées et portées par les hauts dirigeants, certaines entreprises ayant même développé une capacité d’expérimentation et d’innovation sociales.

Plus précisément, 3 grands types d’entreprises ont été observés :

29 % affichent de bons résultats et sont plutôt avancées, voire leaders, en termes de gestion du capital humain (25% avancées et 4% leaders). Ces entreprises mesurent l’ensemble de leurs risques sociaux avec une volonté de faire des pratiques sociales un facteur de différenciation. Les « leaders » sont aussi capables d’expérimenter et d’innover socialement.

– 35 % se situent à un niveau intermédiaire, ce qui signifie qu’elles maîtrisent le caractère « obligatoire » de certaines règles, ont une bonne capacité de mesure et de communication mais conservent un périmètre de suivi et d’action limité.

– 36 % ont une maturité faible ou débutent dans la gestion active des ressources humaines. Même si elles arrivent à suivre certains indicateurs sociaux, on observe un manque d’engagement des hauts dirigeants et les initiatives sociales sont souvent désordonnées.

Investir dans l’humain, ça paie !

Un lien significatif avec la performance économique : jusqu’à 10 points d’écart en matière de performance économique2

On observe un lien significatif entre l’indice du capital humain de l’entreprise et sa performance économique : en moyenne, les entreprises de l’échantillon présentant un indice plus élevé affichent également, toutes choses égales par ailleurs, une meilleure progression de chiffre d’affaires, une marge opérationnelle courante plus élevée et en meilleure progression, ainsi qu’une structure financière plus saine. On observe également le caractère progressif de ce lien : en moyenne, plus l’indice est élevé, plus la performance économique augmente.

Un lien avec l’appréciation des salariés

Le site Glassdoor consolide des avis de salariés et constitue une source d’évaluation très intéressante. Notre étude montre que les entreprises présentant les niveaux de maturité les plus faibles en matière de prise en compte de leur capital humain obtiennent en moyenne des scores Glassdoor plus faibles et sont moins recommandées par leurs salariés. A titre d’illustration, l’étude a pu mettre en valeur deux exemples parlants :

– Une entreprise de l’échantillon affichant une performance de 82/100 sur l’indice du capital humain obtient ainsi un score Glassdoor de 3,9/5.

– Une entreprise affichant une performance de 17/100, due notamment à un manque de communication sur sa démarche RSE, obtient un score Glassdoor de 1,5/5.

Un lien avec la performance boursière : une volatilité des cours réduite

Si l’écart de performance boursière sur 10 ans entre les entreprises ayant obtenu un score élevé sur l’indice du capital humain (supérieur à 50/100) et celles ayant obtenu un score plus faible (inférieur à 50/100) n’est pas très important, la volatilité est de 13 % inférieure sur le groupe d’entreprises présentant un indice élevé. Cet écart suggère un lien significatif entre la maturité des entreprises en matière de gestion de leur capital humain et leur profil de risque sur les marchés.

L’indice demain ?

Fort de ces enseignements, Malakoff Médéric Humanis poursuit ses travaux d’étude et de recherche et propose, dès à présent, à l’ensemble de ses clients une offre qui combine protection, performance et accompagnement social en associant des services à ses garanties Ce concept, déclinable par taille d’entreprise ou par secteur d’activité, est personnalisable en fonction des caractéristiques et des besoins de chaque entreprise.

1 Etude de perception réalisée auprès de 3 000 salariés et 500 dirigeants français du secteur privé – BVA pour Le comptoir de la nouvelle entreprise – Malakoff Médéric Humanis, avril/mai 2018

2 Calcul d’un indicateur financier incluant évolution du CA, marge opérationnelle courante, évolution de la marge opérationnelle courante, gearing, évolution du gearing, le tout sur 4 années. Celui du premier quantile est de 1.05, celui du dernier de 0.95

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.