Article

FabLab, le nouveau rendez-vous des petites et grandes entreprises

 

 

Des entreprises de toutes tailles, de plus en plus nombreuses, se lancent, en France, dans l’aventure de la création d’un FabLab. Leur projet ? Favoriser et encourager le développement de l’innovation collaborative parmi leurs salariés. Retours d’expérience, glanés dans le cadre de la seconde édition du congrès Entreprise du Futur 2017 à Lyon.

 

Plus personne aujourd’hui ne peut ignorer ce mouvement de fond que constituent les FabLabs. Ils sont à la fois des ateliers de fabrication dédiés au prototypage rapide, mais aussi des lieux de rencontre où partager des compétences et des idées. Véritables foyers de créativité et d’innovation, ils offrent la possibilité de concevoir, prototyper et tester de nouveaux concepts, rapidement et avec davantage de liberté.

Les entreprises s’intéressent de près à ces lieux hautement créatifs dédiés à la fabrication numérique, emblématiques de la culture des « makers ». Dans la lignée des adeptes du Do It Yourself (DIY), eux, les makers, sont tournés vers la technologie, l’ingénierie et pensent que n’importe qui peut innover… et changer le monde. Cette culture est née au début des années 2000 aux États-Unis, dans l’environnement bouillonnant du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

 

La France, 2e pays au monde en nombre FabLabs

Il existe actuellement plus de 1 000 FabLabs dans le monde. La France est le 2e pays le plus impliqué dans le mouvement, elle en compte 83 officiellement labellisés par le MIT. En 2018, c’est d’ailleurs la France qui accueillera le Congrès mondial des FabLabs, où sont attendus des dizaines de milliers de visiteurs.

Nombre de grandes entreprises se sont dotées de FabLabs ces dernières années, adoptant pour ce faire des formats très variables : espaces fermés réservés aux collaborateurs comme chez Airbus (Protospace), Renault (Le Créative Lab), Snecma (l’Atelier Innovations Services), Air Liquide (i-Lab) ou Seb (SEBlab), espaces ouverts à des clients ou partenaires comme chez CAP Gemini (Lab’Innovations), Orange (Orange Lab) ou Altran (Altran Lab).

Leurs ambitions sont globalement similaires : entrer dans l’ère de l’innovation ouverte, débrider la créativité de leurs salariés en leur donnant droit à l’erreur.

 

Un espace pour apprendre et être curieux

Owens Corning, leader mondial des matériaux composites et de construction de pointe (avec 2500 salariés en France), a créé son I-Lab en 2015 dans son centre de recherche de Chambéry, après avoir consulté l’ensemble des équipes du site. Le lieu, que les salariés ont voulu convivial et qu’ils ont contribué à décorer, a initialement été conçu comme une plateforme d’innovation collaborative dédiée au prototypage rapide des produits du futur, des innovations de rupture précédant les attentes des clients. « Mais le I-Lab est aussi un espace pour apprendre et être curieux, pour réfléchir de manière plus ouverte ou même pour concevoir des objets à son propre usage personnel. » explique Anne Berthereau, VP Front End Innovation. « D’ailleurs la plupart de nos salariés ont été formés au design thinking, une méthode de créativité qui part de l’usage pour définir de futurs besoins. », précise-t-elle. Dix-huit mois après son ouverture, le nombre de partenaires extérieurs à l’entreprise – industriels, laboratoires académiques, start-up – et de nouvelles idées générées a explosé. Deux d’entre elles ont donné naissance à de nouveaux matériaux thermo-plastiques imprimables, qui ouvrent à Owens Corning de nouveaux segments de marché. « Au-delà de ces indicateurs mesurables, le i-Lab a créé une émulation interne, un état d’esprit fait de curiosité, de goût pour l’apprentissage, de questionnement permanent : autant de choses difficiles à quantifier, mais qui ont un impact. » Le turnover chez Owens Corning est très bas. Il est nul dans l’équipe du Front End Innovation. Pour Anne Berthereau, le i-Lab n’est pas étranger à cette situation. Elle y voit même un moyen d’attirer de nouveaux talents dans l’entreprise, et de fidéliser les équipes en place : « Un salarié reste lorsque son travail a du sens et de l’importance. Qu’il a confiance dans ses leaders. Et que son environnement de travail est favorable. »

Mots clés :
Fablab
Notre newsletter
Recevez chaque semaine une synthèse de l'actualité dans votre boite mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurance (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.