Article
7 min

Formation, la tendance est au reverse mentoring

La pratique du reverse mentoring s’est donc tout naturellement imposée en entreprise avec à la clé un double effet : créer du lien entre les générations et former les seniors aux nouveaux outils numériques. Explications.

Si le mentorat suppose une transmission descendante, des anciennes aux nouvelles générations, le reverse mentoring retourne le modèle : ce sont les jeunes qui forment leurs aînés.

Les « digital natives » possèdent en effet des compétences que n’ont pas leurs aînés : la maîtrise des outils numériques, ses usages, ses codes… Dans ce domaine, l’expertise ne se conjugue pas avec l’expérience. Et la pratique du reverse mentoring permet aux plus âgés de bénéficier du savoir-faire des plus jeunes.

Un accompagnement personnalisé

D’abord adopté par de grands groupes tels que Orange, Danone, IBM ou la SNCF, le reverse mentoring essaime aujourd’hui dans des entreprises de toutes tailles. La formation se déroule au sein même de l’entreprise, en face-à-face, dans le cadre d’un accompagnement personnalisé. Au senior de définir ses objectifs, qu’il s’agisse de maîtriser les outils de base, d’utiliser un moteur de recherche, de découvrir les potentialités des réseaux sociaux, de protéger ses données ou de se perfectionner dans une application ou un réseau social déjà connu. Les mentorés n’ont évidemment ni le même niveau de connaissances ni les mêmes besoins. C’est aux jeunes mentors de s’adapter et de faire preuve de pédagogie.

Dans l’intérêt de tous

Si l’objectif premier est de former les seniors à de nouvelles compétences dans une relation originale et un cadre souple, ils gagnent aussi en confiance dans un univers mouvant qui parfois les inquiète : 22 % des cadres ont peur d’être dépassés à l’avenir par les nouveaux outils*.

Les juniors quant à eux se sentent utiles et valorisés. Au contact de métiers, profils et demandes divers, ils enrichissent leurs compétences numériques, leur compréhension de l’entreprise et leur réseau interne. Pour l’entreprise, c’est évidemment un moyen économique de former ses aînés tout en motivant et fidélisant ses jeunes collaborateurs. C’est aussi une formidable opportunité pour renforcer le bien vivre ensemble au travail.

Une pratique créatrice de lien

Bénéfique pour les seniors et les jeunes, le reverse mentoring possède un autre avantage : celui de créer du lien et de connecter les générations. Jeunes et moins jeunes peuvent ainsi échanger sur leur vision de l’entreprise et susciter une nouvelle dynamique. Le reverse mentoring s’inscrit ainsi pleinement dans la révolution actuelle du travail collaboratif et de la complémentarité des compétences.

Avec l’allongement de la durée de vie professionnelle, l’accélération de l’innovation technologique et les impératifs de formation, le reverse mentoring pourrait bien être une innovation durable.

* Étude Malakoff Médéric Santé Bien-être 2016

Mots clés :
formation Génération

POUR ALLER PLUS LOIN,NOUS VOUS RECOMMANDONS...

Notre newsletter
Recevez chaque semaine une synthèse de l'actualité dans votre boite mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurance (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.