Article
7 min

Handicap et travail, peut mieux faire

La 20e édition de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées se déroule du 14 au 20 novembre 2016. Si la loi impose aux entreprises d’employer 6 % de travailleurs handicapés, la réalité est toute autre. Point sur la situation.

Voilà déjà près de trente ans qu’ont été institués les premiers quotas obligatoires pour l’embauche de personnes en situation de handicap. La loi du 10 juillet 1987 impose en effet aux entreprises de plus de 20 salariés d’intégrer au moins 6 % de travailleurs handicapés, en emploi direct ou via le recours à un organisme du secteur protégé, ou, à défaut, de reverser une cotisation annuelle à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph). Cette obligation a depuis été renforcée, par la loi du 11 février 2005 qui, outre le durcissement des sanctions financières appliquées aux entreprises contrevenantes, a posé le principe de non-discrimination et d’égalité de traitement pour l’accès à l’emploi, le maintien dans l’emploi et lévolution de carrière des personnes en situation de handicap. Malgré ces dispositifs, la proportion moyenne de salariés en situation de handicap dans les entreprises n’est encore que de 3,2 %(1). Et, le nombre de demandeurs d’emploi en situation de handicap a augmenté de 13,9 % (2)en 1 an portant le taux de chômage à 20 %, soit près de deux fois plus que la moyenne nationale.

 

Le niveau d’études principal frein à l’embauche

Cet état des lieux général plutôt sombre masque cependant de profondes disparités selon les secteurs d’activité. Ainsi, tandis que l’industrie et le bâtiment, secteurs fortement exposés aux risques d’accident, dépassent souvent le seuil de 6 %, celui de l’informatique atteint péniblement 1 %.  Alors qu’une enquête Ipsos menée en décembre 2014 montre que l’image du handicap a évolué favorablement pour 7 entrepreneurs sur 10. Le principal frein à l’emploi de personnes handicapées tiendrait plutôt à la difficile mise en adéquation des besoins des entreprises et des profils des salariés handicapés. En effet, selon l’Insee, 75 % des demandeurs d’emplois handicapés n’ont pas le niveau baccalauréat  et 20 % seulement des bacheliers accèdent à des études supérieures. Les entreprises interrogées lors de différentes enquêtes pointent d’ailleurs le sourcing comme l’un des principaux obstacles à l’atteinte de leurs objectifs. Le plan de développement de l’alternance lancé par l’Agefiph en 2013 et prolongé en 2016 semble être en train d’améliorer ce point, en effet, en 2015, 6 183 personnes handicapées ont signé un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage en alternance, soit 55 % de plus qu’en 2012.

 

Maintenir les personnes handicapées dans leur emploi

Reste qu’audelà de l’intégration de nouvelles recrues, dans leurs effectifs, le plus grand défi posé aux employeurs concerne sans doute le maintien en poste de leurs salariés ayant développé un handicap. En effet, sous l’effet conjugué de l’allongement de la durée du travail et du vieillissement de la population active, mais également d’une meilleure prise en compte des maladies psychiques et d’une plus grande propension des porteurs de handicap à faire valoir leurs droits, le nombre de salariés reconnus handicapés risque de fortement progresser dans les années à venir. Il appartiendra donc aux entreprises d’accompagner les personnes concernées en actionnant tous les leviers existants, aides de l’Agefiph pour l’adaptabilité des postes de travail, mutualisation des coûts au sein d’un même groupe, ou entre plusieurs PME et TPE

L’information et la sensibilisation de l’ensemble des acteurs concernés : mission handicap, responsables des ressources humaines, médecin du travail sans oublier les managers et les collaborateurs constituent aussi un préalable indispensable à la réussite de ce challenge. Pour preuve, 72 % des chefs d’entreprise pensent encore que la législation se limite au handicap moteur alors que celui-ci ne concerne que 13 % de la population handicapée (voir encadré). C’est dire si le chemin de l’employabilité des personnes handicapées reste encore long ! Et pourtant, 95 % des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Malakoff Médéric dressent un bilan positif de l’intégration de salariés en situation de handicap au sein de leurs équipes.

 

Le handicap en chiffres

-12 millions de Français sont touchés par un handicap
-13,4 % ont une déficience motrice
-11,4 % sont atteints d’une déficience sensorielle
-9,8 % souffrent d’une déficience organique
-6,6 % sont atteints d’une déficience intellectuelle ou mentale
-2 à 3 %  utilisent un fauteuil roulant
-80 % des handicaps sont invisibles
Chiffres Insee

 

En savoir plus

http://www.semaine-emploi-handicap.com/
https://www.agefiph.fr/Entreprise/Dossiers-pratiques/Les-cahiers-de-l-Agefiph-conseils-et-temoignages-pour-passer-a-l-action

Sources

(1) http://www.youphil.com/fr/article/07932-handicap-integre-rse-entreprises-agefiph
(2) http://www.semaine-emploi-handicap.com/

 

Découvrir la le site de la fondation handicap Malakoff Médéric et la synthèse sur l’emploi des personnes handicapées en entreprise (PDF – 1,6 Ko)

 

 

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.