Article
3 min
04/03/2019

Les 10 commandements du « télémanager »

Pour que le télétravail soit confortable, tant pour le salarié que pour le manager, certaines règles communes doivent être définies. Cécile Dhumes, psychologue et consultante en organisation du travail, livre sa recette en 10 points clés pour un bon management à distance.

1/ Le nombre de jours en télétravail tu définiras

Une des premières choses à décider en concertation avec le collaborateur est le temps du télétravail. « 1, 2 ou 3 jours par semaine ? Cela dépend des besoins de chaque entreprise », constate Cécile Dhumes, consultante en organisation du travail. En revanche, il est indispensable, selon elle, « que le collectif perdure ». Il n’est vraiment pas conseillé de ne plus voir son équipe, « au risque de casser la cohésion ».

2/ Des jours réguliers ou flexibles tu fixeras

Quand vous définirez le nombre de jours en télétravail, il faudra également voir, en fonction du type d’activité de votre collaborateur, si vous optez pour des jours fixes ou flexibles. « Choisir la régularité peut permettre au télétravailleur de mieux s’organiser », souligne toutefois la consultante.

3/ Les modalités légales et matérielles tu organiseras

Quels frais du collaborateur seront-ils remboursés ? Quel matériel sera-t-il mis à sa disposition : pc, téléphone, scanner, imprimante ? Comment ne pas pénaliser ceux qui restent au bureau ? Le télétravail définit un nouveau cadre juridique avec des questions bien précises. « Quoi qu’il en soit, C’est à vous de vous assurer que le collaborateur travaille dans les meilleures conditions, que ce soit de chez lui, ou depuis un espace de coworking », illustre Cécile Dhumes.

4/ Communiquer à l’oral tu n’oublieras pas

Une communication régulière avec votre collaborateur s’avère « indispensable », pointe Cécile Dhumes. « Il faut déterminer pour quels sujets on utilisera le mail, le téléphone ou tout autre outil de l’entreprise. Et ne pas hésiter à privilégier le téléphone, ne serait-ce qu’un court appel le matin pour garder un vrai lien oral ». Autre point important : définir une fréquence de consultation de sa messagerie, « car un télétravailleur qui ne la consulte pas régulièrement risque de manquer une information importante qu’un salarié au bureau aura à l’oral ».

5/ A ne pas isoler le télétravailleur tu veilleras

Le télétravail peut être source de frustration pour le collaborateur si des changements importants ont lieu sans qu’il soit présent. « Il faut anticiper les réunions cruciales qui tombent un jour où votre collaborateur est en télétravail. Pensez à le prévenir assez tôt pour vous assurer qu’il puisse y assister », conseille Cécile Dhumes. Il est toujours possible d’utiliser les outils de visioconférence comme Skype, mais « le contact humain reste prioritaire ». Les entreprises fonctionnant 100% en télétravail ont bien compris l’importance de créer une culture collective avec des moments de partage entre les équipes comme des séances virtuels de sport ou de méditation.

6/ Le point lors d’entretiens de suivi tu feras

Le collaborateur devra bénéficier « a minima » d’un entretien annuel, au même titre que tout salarié. « Avec un point spécifique sur le sujet du télétravail », poursuit la consultante. Au début, il peut être utile de prévoir des rendez-vous plus rapprochés, puis de les espacer progressivement. Dans ces entretiens, la question de la motivation professionnelle dans le cadre du télétravail doit être abordée. C’est aussi le moment où vous évoquerez ce que vous pensez de la productivité du salarié. A-t-elle augmenté ou baissé depuis le passage en télétravail ? Veillez à trouver les mots

justes pour « prendre connaissance de la situation sans mettre la pression au collaborateur », ajoute la consultante.

7/ L’entraide au sein du collectif tu favoriseras

Le manager ne doit pas être la seule ressource pour le télétravailleur. Il a au contraire tout intérêt à favoriser la collaboration entre collègues qui sont, eux aussi, une source de soutien en cas de difficulté. Cela permet d’éviter le risque d’isolement et de générer moins de « jalousie » entre télétravailleurs et collaborateurs qui souhaiteraient s’y mettre, sans que cela soit possible.

8/ Ton management, en fonction de ta relation au collaborateur, tu adapteras

Manager à distance un collaborateur que l’on connaît mal est plus difficile pour anticiper ses besoins, et sentir ses difficultés. « Il ne faut pas hésiter, dans ce cas, à organiser des points plus réguliers », explique Cécile Dhumes. Même chose dans le cas où le salarié est très indépendant et ne pense pas, ou ne souhaite pas, solliciter son équipe.

9/ Le salarié qui manque d’autonomie tu accompagneras

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, « il faut un minimum d’expérience pour être en mesure de travailler efficacement en télétravail », pointe la psychologue du travail. Le manager doit être vigilant vis-à-vis d’un collaborateur qui manque d’autonomie. Ce qui ne veut pas dire qu’il est impossible pour lui de se mettre au télétravail. « Cela peut, au contraire, le faire monter en compétences », développe la consultante.

10/ Les bonnes pratiques entre managers tu échangeras

« Rares sont les managers qui échangent sur le rapport de leurs salariés au télétravail, et le management à distance », constate l’experte. « Je conseille aux managers d’une même entreprise de se réunir pour partager leurs expériences ». Pourquoi ne pas demander au service Ressources humaines de mettre cela en place ? La formation des « télémanagers » est un point essentiel pour faire perdurer les bonnes pratiques, et améliorer l’expérience de vos collaborateurs !

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.