Choc des actions

Les quincas, des salariés comme les autres

Nous avons demandé à deux entreprises, un grand groupe et une PME, quelles actions elles menaient pour leurs salariés quincas. QVT, employabilité, transmission de compétences… Les salariés plus âgés sont décidément un atout, quelle que soit la taille de l’entreprise.

Les chiffres l’attestent : le monde du travail n’est pas toujours tendre avec les seniors. 50% des salariés ont déjà observé au moins une forme de discrimination liée à l’âge au sein de leur entreprise. Sur ce point, l’accès aux formations est révélateur : 48% des salariés de plus de 54 ans indiquent que leur dernière formation remonte à plus de 5 ans, contre… 29% pour l’ensemble des salariés !

Les seniors sont-ils des collaborateurs comme les autres ? Que peut-on mettre en place pour maintenir leur employabilité et leur offrir une qualité de vie au travail pertinente ? Nous avons posé la question à deux entreprises.

BNP Paribas, l’équité au coeur de l’AVP

Part des salariés seniors dans l’entreprise

Les 45 ans et plus représentaient 47,5 % de l’effectif de l’entreprise en 2012.

La part des 55 ans représente 22 % (chiffres de 2012).

Les actions du groupe pour les seniors

Le groupe bancaire français a signé en juillet 2012 son premier accord d’entreprise en faveur des seniors, entré en vigueur en 2013. Pour favoriser le maintien dans l’emploi des salariés plus âgés, l’entreprise concentre ses actions sur : 

  • la gestion des carrières (recrutement des seniors, transmission des savoirs et développement du tutorat, aménagement des fins de carrière)
     
  • le développement des compétences et accès à la formation
     
  • l’amélioration des conditions de travail et la prévention des situations de pénibilité, avec notamment un suivi médical rapproché des collaborateurs de plus de 55 ans par le service de santé au travail intégré de l’entreprise.
     

Un principe : ne pas faire de différence

“J’ai plus de 50 ans et j’ai l’impression que l’on est traités comme les autres salariés, je ne vois pas de distinction, assure Sophie Ernoux, Digital & Innovation Manager chez BNP Paribas Leasing Solutions. J’ai demandé une formation l’année dernière et je l’ai obtenue. Il n’y a aucune barrière du fait de l’âge chez nous, en tout cas, je ne la ressens pas du tout. »

les quincas, des salariés comme les autres

Cap sur la retraite (en douceur)

BNP Paribas accompagne tout de même ses salariés plus âgés pour préparer leur retraite en douceur. Les deux années précédant le départ en retraite ouvrent de nouveaux droits pour les salariés concernés : ils peuvent bénéficier d’un dispositif de temps partiel de fin de carrière abondé par l’entreprise, mais aussi partir faire du mécénat de compétences dans l’association de leur choix (qui doit être validée par l’entreprise).

KEOLIS, le bien-être pour tous, pilier de l’AVP

Part des seniors dans l’entreprise

 37% de 45 ans et plus

21% de 50 ans et plus

Ses actions en matière de prévention santé et QVT

Keolis est une PME, filiale de la SNCF, qui gère cinq lignes de transport de voyageurs entre le Val-de-Marne et l’Essonne. 90% des métiers sont physiques.

L’entreprise axe surtout ses actions autour de la QVT : formations “gestes et postures” annuelles (comment porter une charge plus importante, comment se positionner, comment ramasser un outil au sol, comment s’asseoir à son siège de conducteur, comment régler son siège etc) adressées en priorité aux salariés plus âgés, aménagement des horaires ou du temps de travail en fonction des problématiques individuelles, suivi personnalisé par une assistante sociale, etc.

« C’est dans notre ADN d’avoir un engagement des collaborateurs. Et pour avoir un engagement des collaborateurs, il faut qu’on apporte un bien-être au travail », explique Patrice Chautard, le directeur.

Une approche au cas par cas

Si l’entreprise n’a pas de plan d’actions spécifiques pour ses salariés seniors, elle s’emploie à maintenir l’équilibre délicat entre des métiers exigeants (physiques et en horaires décalés, voire de nuit) et bien-être au travail. Un équilibre qui peut évoluer au fil du temps et de l’âge.

Pour gérer cela, Keolis prône une approche au cas par cas.

Nous avons des horaires obligés avec lesquels il faut composer : on commence très tôt le matin et on finit tard le soir, parfois on travaille même la nuit avec le réseau Noctilien. Personne ne peut y déroger, quel que soit son âge”, souligne Patrice Chautard, le directeur de Keolis Seine Val-de-Marne.

Mais une assistante sociale exerce au sein de l’entreprise, à disposition de tous les salariés. “Toute personne qui a des difficultés au niveau de son travail de sa vie personnelle, de sa fatigue ou autre, peut aller la voir pour en discuter. Et si besoin, nous adaptons les horaires

A la recherche de la “maturité”

Keolis s’engage surtout en matière d’employabilité des seniors. L’entreprise participe régulièrement à des salons de recrutement de candidats plus âgés. Elle a d’ailleurs reçu en mai le label Emploi 45 +, qui distingue les entreprises engagées pour l’emploi des 45 ans et plus. Une fierté pour cette société qui revendique sa quête de profils plus seniors.

les quincas, des salariés comme les autres

« Il y a un impératif de sécurité dans notre métier qui implique une grande responsabilité, explique Patrice Chautard. On a besoin de gens matures, qui comprennent la responsabilité que l’on a lorsqu’on transporte des passagers. On ne conduit pas de la même façon quand on est jeune ou plus expérimenté. Nous, on cherche plutôt des personnes qui ont des responsabilités dans leur propre vie parce qu’on pense que cela responsabilise aussi au travail. Voilà pourquoi la population des gens plus matures nous intéresse. »

 

Que l’on travaille dans un grand groupe ou pour une PME, l’apport des seniors est incontestable : maturité, engagement, historique de l’entreprise et compétences parfois très pointues… Les 45 ans et plus ont encore beaucoup de choses à apporter et à incarner. Cela suppose de prendre en compte la diversité des parcours pour repenser la gestion des carrières sur le long terme, et de changer de regard sur l’âge. Bref, arrêtons de considérer qu’on est vieux à 50 ans !

Mots clés :
Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.