Article
10 min

Eric Ploujoux d’Effidence : des robots pour réduire les risques professionnels

Dans les métiers de l’agriculture, de l’industrie ou de la construction, la manutention de charges lourdes entraîne une forte pénibilité, et parfois des accidents du travail. Les robots intelligents d’Effidence prennent en charge ces opérations afin de soulager les travailleurs et de veiller à leur sécurité. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) restent la première cause de maladie professionnelle reconnue. Eric Ploujoux, responsable commercial d’Effidence, répond à nos questions.

Eric PLOUJOUX

En quoi les robots de manutention et de transport Effidence améliorent-ils les conditions de travail ?

Dans de nombreux métiers, ces robots évitent aux opérateurs de porter de lourdes charges, ou de pousser et tirer le véhicule qui les porte. Ces robots sont autonomes, ce qui libère les opérateurs des tâches de surveillance, tout en leur laissant les mains libres.

L’objectif est de soulager les opérateurs des tâches pénibles et d’augmenter la sécurité et la productivité des opérations de manutention et de transport de charges. Dans certains cas, même si les charges ne font que quelques kilos, les robots sont utiles pour remplacer l’homme dans des tâches de manutention répétées et donc fatiguantes.

Par ailleurs, les travailleurs ainsi secondés peuvent se concentrer sur des tâches plus utiles et plus valorisantes.

Quel est l’impact sur la santé et la qualité de vie au travail des tâches de manutention ?

Au-delà de la pénibilité, de la fatigue, et de la baisse de vigilance induites par ces tâches – qui entraînent parfois de graves accidents – on constate l’apparition fréquente de troubles musculo-squelettiques (TMS). Bien sûr, les conséquences varient beaucoup d’un métier à l’autre mais on peut rappeler ces chiffres généraux :

  • 29 % des salariés français déclarent devoir rester longtemps debout ou dans une posture pénible la plupart du temps dans leur travail (35 % dans l’industrie, 56 % des ouvriers)
  • 31 % des salariés français déclarent effectuer la plupart du temps des gestes répétitifs (54 % chez les ouvriers)
  • 2 salariés sur 10 déclarent connaitre des risques de chutes graves (41 % d’ouvriers)
  • 22 % travaillent sur des machines pouvant les exposer à des blessures (38 % dans l’industrie, 49 % des ouvriers).

Notons néanmoins que l’ensemble de ces chiffres diminue depuis 8 ans de façon constante, peut-être grâce à l’émergence de nouveaux outils et machines.

Quelques exemples concrets d’utilisation ?

Certains de nos modèles sont exploités en Allemagne, dans des centres logistiques de l’entreprise DHL. Dans le BTP, nos robots sont utilisés pour effectuer du convoyage de matériaux (parpaings, sacs de ciments, gravats…) entre deux points d’un chantier. Autre exemple logistique : le robot est capable de prendre une charge élevée, à un point de l’entrepôt, et de l’amener automatiquement vers la zone d’expédition.

En viticulture, nos robots sont utilisés pour aider au transport pendant les vendanges. On évite ainsi que des dizaines de kilos de raisins soient portés dans des hottes, à dos d’homme, ou avec des outils semi-portés comme des brouettes. En dehors de la période des vendanges, ces robots transportent du matériel lourd, du bois ou des fûts.

Avec la SNCF, nous conduisons une expérimentation en Gare de l’Est, à Paris : notre robot porte les bagages d’une personne à mobilité réduite, ce qui permet à l’accompagnant SNCF de se concentrer sur l’aide à apporter au voyageur. Le robot suit les deux personnes à courte distance, de façon automatique.

Nous travaillons aussi avec le Ministère de la Défense, dans le but d’aider les fantassins à porter leur barda d’une cinquantaine de kilos, d’assurer le ravitaillement ou d’aider au transport de blessés. L’idée est de réduire la fatigue de ces soldats et d’augmenter leur niveau de sécurité.

Sur quoi reposent les technologies d’ Effidence ?

Notre expertise consiste à fabriquer des robots autonomes et aussi à apporter de l’intelligence à des machines de transport et à des véhicules déjà existants.

Les technologies d’Effidence peuvent se greffer sur des outils de manutention de petite taille (quelques dizaines de kilos) ou sur des dispositifs géants (portiques roulants, grues mobiles soulevant plusieurs tonnes). Elles équipent aussi des véhicules professionnels plus traditionnels (charriots roulants, machines agricoles, engin à chenilles…). Grâce à des capteurs et à des logiciels, ces machines intelligentes peuvent être autonomes et donc remplacer l’homme ou le seconder.

En quoi ces robots de transport ou de manutention sont-ils intelligents ?

Suivant la technologie choisie, le robot peut collaborer avec un être humain ou le remplacer complètement. La collaboration peut consister à suivre automatiquement la personne. Quand il n’y a pas d’intervention humaine, le robot est programmé pour effectuer une série déterminée d’actions, en suivant un certain trajet.

Dans les deux cas le fonctionnement est sécurisé, le robot pourra détecter la présence ou l’apparition d’obstacles afin de les éviter ou de suspendre son déplacement.

Quel pourrait être l’impact de cette robotisation sur l’emploi ?

Dans la plupart des cas, ces outils ont vocation à collaborer avec l’humain. Mais dans certains cas, ils peuvent être amenés à le remplacer sur des tâches ou des environnements particulièrement pénibles, dangereux ou répétitifs. D’où une requalification de la profession exercée, de manutentionnaire à opérateur.

Notre objectif chez Effidence, et même notre éthique, est de concentrer nos efforts sur la protection et la valorisation des travailleurs, et non sur leur remplacement au nom de la productivité.

Le constat que nous faisons, sur la base de l’utilisation professionnelle qui est faite de nos outils, est que les travailleurs les adoptent très rapidement, avec un haut niveau de satisfaction.

Effidence

  • Startup innovante fondée en 2009 à Clermont-Ferrand
  • Composée d’une dizaine d’ingénieurs
  • Domaines d’opération : agriculture, industrie, construction, défense, et sécurité

Source TMS : http://travail-emploi.gouv.fr/sante-au-travail/prevention-des-risques/troubles-musculo-squelettiques-tms/de-quoi-parle-t-on/article/les-chiffres-cles-et-statistiques

Mots clés :
Prévention santé
Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.