Interview
6 min

Jérémy Lamri, CEO de Monkey Tie : une IA éthique, essentielle en RH

Fondateur du Lab RH et créateur de Monkey Tie, un outil logiciel utilisant l’intelligence artificielle à des fins de mobilité interne, Jérémy Lamri place la question éthique au cœur du développement de l’IA dans l’univers des ressources humaines.

Vous avez créé fin 2013 Monkey Tie, une solution RH qui repose sur une technologie d’intelligence artificielle. Comment fonctionne cette plateforme ?

Monkey Tie est un logiciel de matching d’emploi destiné à la mobilité interne des collaborateurs qui a pour particularité de déceler non seulement leurs compétences techniques et managériales, mais aussi et surtout leurs compétences comportementales et leurs leviers de motivation. Pour obtenir ces informations, Monkey Tie demande aux candidats de remplir des questionnaires et des tests en ligne. Ainsi interrogés sur la manière dont ils imaginent leur avenir dans l’entreprise, ils fournissent à la plateforme des données qualitatives qui permettent aux RH de leur proposer des postes qui leur correspondent vraiment. Monkey Tie remplit trois fonctions : pour les collaborateurs, c’est un service de gestion de carrière interne ; pour les ressources humaines, le logiciel permet de piloter la masse salariale et de cartographier les compétences de l’entreprise pour en anticiper les besoins ; enfin, pour les managers, il est une plateforme d’information sur les compétences des équipes.

L’éthique est donc un point incontournable dans l’utilisation de l’intelligence artificielle à des fins de ressources humaines ?

Oui, l’éthique doit être la première des préoccupations car le traitement de la data en RH n’est pas simple. Dans le cadre du Lab RH, une association que j’ai créé et qui a vocation à devenir un pôle de compétitivité internationale des ressources humaines réunissant plus de 400 start-ups et plus d’une cinquantaine de grandes entreprises, je me suis aperçu que la grande majorité des start-ups avaient été fondées par des entrepreneurs qui n’avaient jamais travaillé dans les ressources humaines. Je défends une conception rabelaisienne de l’intelligence artificielle : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Autrement dit, ce n’est pas parce que l’IA peut faire quelque chose qu’on doit absolument le faire. Ces formidables avancées technologiques ne doivent pas nous faire perdre de vue l’éthique : nous devons nous assurer que les données des collaborateurs sont utilisées à bon escient.

La transition vers l’IA ne peut se faire sans des ressources humaines éthiques.

Pour engager la profession sur ce chemin des bonnes pratiques, le Lab RH travaille en mode collaboratif à la rédaction d’une charte éthique à destination des acteurs des ressources humaines, qui sera validée par la Cnil.

De façon plus générale, quel rôle doit jouer la DRH dans le déploiement d’un projet d’intelligence artificielle en entreprise ?

La DRH doit accueillir l’innovation pour rester compétitive en s’employant à intégrer ces technologies dans ses propres process. Mais elle a surtout trois responsabilités. En premier lieu, elle doit former et informer les collaborateurs sur le potentiel – mais aussi les limites – de ces outils. Ensuite, elle doit en définir les modes de fonctionnement et les process pour que leur utilisation soit bien cadrée. Enfin, elle doit sensibiliser en permanence sur ces développements, que ce soit par des campagnes de communication ou en préparant et accompagnant les managers dans l’intégration de l’innovation. Idéalement, toutes ces responsabilités doivent être définies et chapotées par l’équipe dirigeante de l’entreprise.

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.