Colloque Fragilités des salariés : le mot de David Abiker

Vidéo
29/10/2018

Après une matinée riche en échanges, le comptoir mm est allé recueillir les réactions à chaud du sémillant chroniqueur David Abiker.

Le fait qu’on organise un colloque sur les fragilités, ça veut dire qu’il y a des tensions dans les entreprises qui réclament, qui demandent donc à un appel d’air. Il y a une demande et c’est pour ça qu’on en parle. On n’en parle pas dans une société du travail complètement heureuse, complètement stable, sans aucune mutation.
On se met à parler des fragilités au moment où il y a la transformation digitale, au moment où il y a des modifications démographiques, au moment où la population vieillit.

Est-ce que c’est le rôle de l’entreprise d’aller jusqu’à accompagner les salariés en situation de fragilité ?
Il faut se questionner, s’interroger sur le rôle des managers, sur le rôle des conditions de travail, sur le rôle de la médecine du travail et sur l’organisation du travail.
Est-ce qu’il y a aujourd’hui dans la nouvelle économie des choses à aller chercher ou au contraire des choses à redouter ? Donc toutes ces questions doivent être posées avec le collectif du travail, avec les partenaires sociaux et évidemment avec les managers.

On a eu plusieurs profils lors de ce colloque, à la fois des dirigeants de grands groupes comme Veolia, mais aussi des dirigeants de start up et à entendre ces deux discours, tous semblent dire qu’il n’y a pas de modèle idéal, il y a le modèle à personnaliser en fonction des besoins de l’entreprise et à des profils de salariés.

Ecoutez, il y a un sujet du bac philo qui est tombée cette année ça s’appelle « La culture nous rend-elle le plus humain ? » Eh bien je crois que chaque entreprise est différente, chaque entreprise à sa culture d’entreprise.
Et si cette entreprise n’a pas de culture d’entreprise, qu’elle se pose la question : quelles sont ces lieux de mémoire ? Qu’est ce qui fait qu’elle a quelque chose à faire en ce bas monde ? D’aller peut-être au-delà de faire du pognon ou peut-être que réintroduire un peu de culture dans l’entreprise, c’est déjà aller vers ce qu’on appelle aujourd’hui l’humain. Moi je me limiterais à dire à aller vers les attentes des salariés, je pense que la culture permet d’être à l’écoute de ce qu’attendent vraiment les salariés et peut-être, si on prétend faire leur bonheur au travail, et bien cette culture permet de faciliter le chemin.

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.