Article
6 min

Dormir, c’est du bon boulot!

Si les entreprises ont mis du temps à s’intéresser au sommeil de leurs salariés, aujourd’hui aux côtés des organismes de santé et des CHSCT, elles s’organisent pour promouvoir et favoriser une bonne hygiène de sommeil.

La France se couche tard… et les salariés bâillent ! Les chiffres sont éloquents, 55 %[1] des actifs français aimeraient dormir davantage et près d’un salarié sur deux estime ne pas dormir suffisamment[2]. Des données à prendre sérieusement en compte car le manque de sommeil est un risque qui n’affecte pas seulement les capacités cognitives et physiques d’un individu, mais a des répercussions sur sa santé tout entière. En effet, lorsque le corps se repose, les cellules musculaires et nerveuses se reconstituent, la mémoire se consolide, les toxines sont éliminées, les défenses immunitaires sont stimulées…

Pourquoi se préoccuper du sommeil de ses salariés ?

Bien dormir est donc un gage de mieux vivre, mais aussi de mieux travailler. Une dette de sommeil affecte la qualité de vie au travail en termes de risques, de sécurité et d’accidentologie. Plus d’un salarié sur deux (56 %) estime ainsi que mal dormir nuit à ses activités professionnelles, notamment par absentéisme (8 %), par des états de somnolence et des risques d’accident (13 %)1. Sans compter les difficultés à gérer son temps, la baisse de vigilance, les problèmes relationnels liés notamment à l’irritabilité et les pertes d’efficacité qui en résultent. Une bonne nuit représente donc un levier de santé et de performance que les entreprises auraient tort de ne pas actionner. D’autant que 54 % des salariés apprécieraient des services dans le cadre de leur travail pour les aider à bien dormir, un chiffre qui atteint 70 % parmi ceux qui souffrent de troubles du sommeil2.

 Former les salariés au bien dormir

Ce n’est donc pas un hasard si, intégrés aux programmes de bien-être des entreprises, l’on assiste aujourd’hui à l’essor de formations et d’ateliers sur le sommeil. Médecin psychiatre spécialisée dans les troubles du sommeil, Sylvie Royant-Parola[3] anime des conférences pour des groupes comme Sanofi, EDF ou Veolia : « Dans une société marquée par le faire et le rendement, il est essentiel de marteler que dormir n’est pas une perte de temps. Il faut aussi rappeler les règles essentielles, comme respecter son rythme de sommeil, ou encore bannir les écrans de la chambre à coucher » dit-elle. Les entreprises diffusent également ces informations préventives sur leur intranet ou par le biais de documents que l’INSV met à leur disposition[4].

 Des solutions simples et efficaces pour mieux dormir

Les entreprises s’organisent aussi pour favoriser une bonne hygiène de sommeil, par exemple en permettant aux employés de commencer plus tard ou plus tôt le matin, ou encore en mettant à leur disposition des lieux de repos et des salles de sport; l’exercice ayant un effet régulateur des rythmes biologiques et diminuant le stress. « Les entreprises devraient également refuser les réunions tardives, et obliger leurs salariés à se déconnecter, par exemple en bloquant les connexions au-delà d’une certaine heure » explique le docteur Sylvie Royant-Parola.

Autre lieu, autres mœurs : aux États-Unis, la compagnie Aetna offre une prime aux salariés qui enchaînent vingt nuits de sept heures au minimum. « C’est en effet la durée de sommeil recommandée, mais ce n’est pas le rôle de l’employeur de l’imposer. Ce à quoi les entreprises doivent s’attacher, c’est à informer, à accompagner et, surtout, à combattre l’idée selon laquelle peu dormir serait un gage de performance. » Une invitation, en tout cas, à y réfléchir.

 

[1] Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV)

[2] Baromètre Santé et bien-être au travail 2016, Malakoff Médéric

[3] Présidente du réseau Morphée : reseau-morphee.fr

[4] http://www.institut-sommeil-vigilance.org/mon-sommeil-en-pratique

Mots clés :
Prévention santé
Notre newsletter
Recevez chaque semaine une synthèse de l'actualité dans votre boite mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurance (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.