Synthèse
7 min

La QVT en Occitanie : des salariés plus épanouis

A l’occasion des Trophées de la nouvelle entreprise, Malakoff Médéric présente, pour la 3ème année consécutive, les résultats [1] de son baromètre santé et la qualité de vie au travail en Occitanie. Focus sur les principaux enseignements.

La qualité de vie au travail des salariés occitans est à l’image de cette région caractérisée par ses paysages multiples, variant entre montagne et mer. Plus sportifs que les autres, plus soucieux de l’équilibre de leur alimentation, ils restent toutefois confrontés à certains risques.

Des salariés plus épanouis

« L’empire du climat est le premier de tous les empires » Cette idée d’une influence climatique sur les mœurs théorisée par Montesquieu se constate dans cette région au soleil généreux. 93% des salariés considèrent qu’il y fait bon vivre. Ce bien-être se vérifie également dans l’univers professionnel où la qualité de vie au travail a progressé. S’ils sont, comme au niveau national, plus de 7 salariés sur 10 à se dire satisfaits, le nombre de collaborateurs très satisfaits a augmenté en passant de 30% en 2016 à 38% cette année. D’autre part, ils sont 62% à se sentir mieux dans leur travail aujourd’hui qu’il y a 10 ans contre 52 % au niveau national.

Les facteurs d’amélioration sont à chercher d’abord dans une confiance qui s’est nettement réaffirmée. Les changements organisationnels, vécus plus largement cette année par les salariés que dans les autres régions (51% contre 49% au niveau national), ne semblent pas avoir vraiment ébranlé cette confiance. Ainsi, 72% déclarent être confiants pour leur situation professionnelle, un chiffre en progression de 5 points par rapport à 2016.

Cette progression du bien-être au travail s’explique peut-être également par une organisation du travail qui gagne en souplesse permettant, ainsi, aux salariés de la région de mieux concilier vie pro et vie perso. En 2016, ils étaient 36% à rencontrer des difficultés pour trouver le juste équilibre entre engagements familiaux et impératifs professionnels. En 2018, ils ne sont plus que 31% contre 35% au niveau national.

Des salariés en meilleure forme

Dans cette région riche en produits de qualité hérités de savoir-faire locaux, manger sain, local et bio fait presque l’unanimité. Décrétée « grande cause régionale 2018 » par la présidente de la Région, Carole Delga, l’alimentation est une préoccupation centrale chez les habitants comme chez les salariés Occitans. Ainsi, 72% font attention à leur équilibre alimentaire contre 68% au niveau national et les mauvaises habitudes sont un peu mieux maîtrisées qu’ailleurs. 45% des salariés cèdent encore à la tentation du grignotage entre les repas contre 48% au niveau national et ils sont 69% à consommer des sodas tous les jours contre 73% dans le reste du pays.

A la différence de leurs collègues des autres régions, les salariés Occitans sont plus enclins à se prendre en main et à se donner les moyens pour entretenir un mode de vie sain. Ainsi, ils ne font pas que regarder à la loupe leur assiette et pratiquent plus de sports que les autres. Dans cette région fan du ballon ovale, 41% pratiquent un ou plusieurs sports par semaine contre 39% au niveau national. En revanche, la démocratisation du sport ne fait pas baisser les pratiques addictives qui restent identiques à la moyenne nationale avec un nombre de fumeurs (24%) qui n’a pas baissé depuis 3 ans.

Plus épanouis et en meilleure forme, les salariés sont toutefois exposés à une fatigue au travail.

Une fatigue qui persiste

En effet, malgré une qualité de vie au travail qui a nettement progressé, certains risques persistent. Certes, si la part de salariés qui décrivent leur travail comme physiquement fatiguant équivaut à la moyenne nationale (47 % et 48 % au niveau national), ils sont, en revanche un plus nombreux à effectuer des gestes répétitifs (35 % contre 32% au niveau national) et à devoir porter des charges lourdes (17% contre 15%). Quant à la fatigue nerveuse, si elle connaît cette année une légère baisse avec 65 % des salariés qui jugent leur travail nerveusement fatigant, contre 69% en 2016, elle reste élevée et à peine inférieure à la moyenne nationale (68 %). Parmi les raisons invoquées : la difficulté à hiérarchiser les priorités (41 %) et la fragmentation du travail (33 %).

Cette fatigue physique et nerveuse est également accentuée par les risques routiers toujours très élevés dans la région avec 81% des salariés qui utilisent la voiture pour se rendre à leur travail contre 72% au niveau national et 48% d’entre eux qui jugent leurs conditions de voyage difficiles ou très difficiles contre 44% au niveau national.

Pour en savoir plus sur le décryptage des grandes tendances du baromètre santé et qualité de vie au travail et les chiffres clefs, rendez-vous sur notre 2ème numéro de We Demain ainsi que sur notre data-visualisation.

[1] Les 10 ans du baromètre santé et QVT résultent d’une enquête de perception unique par son échantillon et sa profondeur historique. Pour l’édition 2018 en Occitanie, l’enquête régionale a été conduite en partenariat par Sociovision entre avril et mai 2018 sur un échantillon de 500 salariés représentatifs du secteur privé.

Mots clés :
occitanie QVT Trophées QVT
Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.