DecrypTendances
5 min
17/09/2019

La musique, alliée du bien-être au travail

La musique améliorerait concentration, détente et productivité au travail tout en réduisant le stress. Certaines entreprises misent depuis plusieurs années sur ses vertus.

Le casque ou les écouteurs feront-ils un jour partie du welcome kit de toute entreprise qui se respecte ? Plusieurs études soulignent les vertus de la musique au travail. Elle permettrait notamment d’améliorer sa concentration et sa productivité. Mais comment bien l’utiliser ?

Les bienfaits de la musique au travail

En 2017, Linkedin et Spotify ont réalisé une étude auprès des entreprises françaises pour sonder les effets de la musique au travail. Résultat : pour 79 % des professionnels interrogés, la musique améliore leur productivité, 65 % considèrent qu’elle leur permet d’être plus concentrés, tandis que 42 % y voient un moyen d’être plus calmes.

La musique adoucit donc les moeurs en entreprise, à condition de ne pas en abuser : selon cette même étude, 26 % estiment nécessaire de ne pas imposer de musique à ses collègues sans leur demander leur avis. « La musique peut être relaxante quand les employés choisissent d’en écouter, mais stressante quand elle est imposée », explique la doctoresse Anneli B. Haake, qui étudie la façon dont la musique influence l’expérience de travail. Pas question donc d’écouter votre groupe préféré le volume à fond ou de siffloter au milieu de l’open space. Certains genres musicaux seraient même plus pertinents pour booster la productivité. Ci-dessous un exemple parmi d’autres de musiques relaxantes :

 

La musique, un outil de management

Le son a un effet sur les dimensions physiologique, émotionnelle, cognitive et comportementale des personnes. « La musique est dans nos vies, quels que soient les âges. Certains écoutent de la musique pour s’isoler, d’autres pour se détendre et créer une sorte de soupape de décompression. Pour d’autres encore, c’est un moyen d’être plus créatif… La musique est quelque chose d’intergénérationnel qui touche de manière différente les collaborateurs et qui peut répondre à différentes problématiques », souligne ainsi Anne-Sophie Godon, Directrice de l’innovation chez Malakoff Médéric Humanis.

Bien utilisée, la musique constitue un formidable outil d’accompagnement des équipes au quotidien pour les managers, comme le montre cet article de HBR qui liste cinq exemples d’utilisation de la musique en entreprise (détente, team building, motivation…). « Les DRH sont déjà sensibilisés à la QVT, mais impliquer les managers est une priorité », explique Victor Chevallier, CEO de l’entreprise MAANS qui a produit une étude sur les bienfaits de la musique au travail au début de l’année. Mais son entreprise a surtout conçu un fauteuil avec haut-parleurs qui permet d’écouter de la musique sans casque ni écouteurs, et sans déranger les autres. Six playlists sont installées par défaut, allant d’un tempo lent pour la sieste à des morceaux dynamisants. « Tout le monde écoute de la musique, c’est un vecteur universel. » affirme le jeune CEO.

Son concept a séduit Anne-Sophie Godon, qui a installé un modèle dans les locaux lyonnais du groupe Malakoff Médéric Humanis. « Il s’agit d’une expérimentation qui va durer six mois. Notre objectif est de comprendre à quel moment les salariés vont utiliser ce fauteuil et pourquoi : la fatigue, l’envie de se déconnecter un instant ou de retrouver un peu de créativité… On veut comprendre quelles sont les incitations à l’usage et quels sont les freins aussi », explique-t-elle.

Un moyen de co-construire une solution de QVT avec les salariés

L’enjeu de cette expérimentation est de mesurer si les salariés et l’entreprise en tirent de réels bénéfices. « Les salariés ont-ils l’impression d’être plus productifs, plus détendus, plus heureux ? Quand on confronte les innovations à la réalité, on est parfois surpris, remarque Anne-Sophie Godon. Les innovations en matière de QVT sont très variées, on ne peut pas tout faire ou tout prendre. Il faut choisir les sujets, les thèmes et les objets sur lesquels on va investir. »

Cette expérimentation est d’autant plus intéressante qu’elle part d’une demande des salariés. « La qualité de vie au travail est un sujet qui doit être porté, imaginé et construit par les collaborateurs eux-mêmes » affirme Anne-Sophie Godon, qui a construit le protocole d’évaluation avec eux. « Ils ont compris que l’enjeu n’était pas juste d’installer un fauteuil mais que cela représentait un coût et qu’il fallait être sûrs d’avoir des bénéfices sur cet investissement. » poursuit-elle.
Tout au long des six mois de cette expérimentation, les collaborateurs vont devoir évaluer si ce fauteuil les aide à se reposer, se détendre, se ressourcer, à être plus créatif ou plus productif. Bref, si cela améliore leur qualité de vie et leur engagement au travail. Si les résultats sont concluants, d’autres sites du groupe pourraient être équipés.

Le boom des chorales d’entreprise

Autre tendance forte de ces dernières années : la chorale d’entreprise. Présentes depuis longtemps dans les pays nordiques et anglo-saxons, les chorales d’entreprise se développent en France, où l’on en compte environ 300. Ici, il ne s’agit pas de s’isoler mais au contraire, de partager un moment de détente ensemble pour recréer du lien et réduire le stress au travail. « Cela permet de prendre confiance en soi, de s’affirmer devant les autres et d’oser prendre sa place, parce que ce n’est pas toujours simple de chanter devant les autres », reconnaît une salariée interrogée dans le reportage vidéo ci-dessous. De quoi faire le plein d’énergie positive aussi, comme l’explique une autre.

« Ça remet du beau dans l’entreprise, ça permet de rencontrer ou de redécouvrir ses collègues, ça crée une communauté dans les couloirs, ça tisse des liens improbables… », s’enthousiasme Pauline Ferrand, qui anime des « ateliers de chant » en entreprises depuis deux ans. Interrogée ici, elle défend la portée universelle du chant. « Il y a une synchronisation naturelle des gens qui chantent, pour moi c’est ce que la chorale apporte en plus par rapport à d’autres activités qui se développent aussi beaucoup en entreprise. » Oubliez le yoga, si vous chercher à fédérer vos équipes, le chant serait bien plus efficace !

Mais gare aux écueils : ces parenthèses musicales au sein de l’entreprise doivent rester des moments de plaisir et non de performance. Pour Solange Rilos-Letourneur, fondatrice et présidente d’Organisation Musique et Entreprise, il est nécessaire de concevoir un cadre éthique pour penser l’utilisation de la musique comme un levier de bien-être et de qualité de vie au travail, et non comme un outil de productivité et de rentabilité. Elle milite d’ailleurs pour que les chorales soient reconnues en matière de prévention santé.
Souffle, respiration, posture, mémoire, sécrétion d’hormones positives… Les vertus du chant sont nombreuses. De quoi maintenir ses collaborateurs heureux et en bonne santé !

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Toutes les informations précédées d'un astérisque figurant sur le présent formulaire de contact sont nécessaires à l'Association de Moyens Assurance de Personnes, ci-après désigné Malakoff Médéric Humanis, responsable de traitement, pour l'Association de Moyens Assurance de Personnes.
Ces données sont destinées uniquement pour vous informer des actualités du comptoir de la nouvelle entreprise.
En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée par email à l’adresse suivante : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou par courrier : Malakoff Médéric Humanis, Pôle Informatique et Libertés Assurance, 21 rue Laffitte 75317 Paris Cedex 9.