Synthèse
7 min

Hauts de France : des salariés plus exposés aux risques

À l’occasion des Trophées de la nouvelle entreprise, Malakoff Médéric présente, pour la 10ème année consécutive, les résultats de son baromètre santé et la qualité de vie au travail en Hauts-de-France. Focus sur les principaux enseignements.

On le sait depuis Bienvenue chez les Cht’i, il règne dans cet ancien bassin minier une atmosphère particulièrement sympathique. La fameuse braderie de Lille, rendez-vous incontournable de chaque rentrée de septembre, en est un exemple manifeste. Cette bonne ambiance se retrouve aussi dans les entreprises avec de plus en plus de salariés qui se disent satisfaits de leur qualité de vie au travail, notamment dans le secteur l’industrie et du BTP. Alors tout irait-il pour le mieux au pays de la moule frite ? Hélas non, les enjeux en matière de QVT restent forts pour cette région très marquée par son passé industriel.

Des salariés plus exposés aux risques

Hier fer de lance de la révolution industrielle du pays, aujourd’hui en pleine reconversion de son tissu économique, la région de la métropole Lilloise reste encore caractérisée par une forte proportion d’ouvriers. Ces derniers vivent plus que les autres types de salariés des conditions de travail éprouvantes et à hauts risques.

Ainsi, ils sont de plus en plus nombreux à se sentir épuisés professionnellement (24% vs 22% en 2017) et à être exposés à des risques liés aux produits toxiques et aux blessures.

Quant aux autres salariés, ils sont aussi concernés par la fatigue professionnelle. Ainsi, 51% déclarent avoir un travail physiquement fatigant, soit 3 points de plus qu’au niveau national (48%), 36% déclarent faire des gestes répétitifs contre 32% au niveau national. La pénibilité physique, semble donc faire de la résistance en touchant davantage les salariés de la région que ceux de l’ensemble du pays. Cette fatigue professionnelle s’explique également par la longueur des trajets avec 42% des salariés qui roulent plus de 5 000km/an en voiture ou en deux roues contre 36% au niveau national. Dans la région, la voiture reste le moyen de déplacement le plus utilisé. 83% des salariés prennent leur voiture pour aller travailler contre 72% au niveau national ce qui augmente fortement les risques routiers.

Mais les risques ne se limitent pas aux conditions de travail mais touchent aussi la santé et l’hygiène de vie des salariés.

Une santé et une hygiène de vie à améliorer

Dans cette région réputée pour sa gastronomie, le régime détox n’est pas forcément en vogue. Certains facteurs sont à chercher du côté des mauvaises habitudes alimentaires toujours largement répandues. 53% des salariés grignotent entre les repas contre 48% au niveau national. 50% des salariés sont en surpoids avec un IMC supérieur à 25 contre 43% au niveau national. Autre facteur : le manque de sommeil. En effet, selon les dernières recherches scientifiques sur le sujet, il y aurait un lien de causalité entre la prise de poids et le mauvais sommeil. Et dans la région, une large majorité de salariés seraient en manque de sommeil avec 56% qui pensent ne pas dormir assez contre 51% dans le reste du pays.

Si les indicateurs de l’hygiène de vie sont loin d’être au vert, on note toutefois qu’une prise de conscience a eu lieu. En effet, les salariés du Nord sont d’avantage préoccupés par leur état de santé. Ils étaient 67% en 2016, ils sont aujourd’hui seulement 61% à juger bon leur état de santé contre 68% au national.

Mais au lieu de se morfondre, les salariés passent à l’action. 66% d’entre eux font attention à leur équilibre alimentaire contre 59% l’an dernier. Ils sont également plus nombreux à faire du sport avec 19% à marcher ou faire du vélo au moins 30 min/jour contre 16% en 2016, dépassant d’un point la moyenne nationale (18%).  À noter également une stabilité des pratiques addictives notamment la consommation d’alcool qui a même reculé pour ne concerner que 6% des salariés contre 7% au niveau national. Mais ces efforts ne suffisent pas à réduire la hausse des maladies chroniques plus répandues que dans les autres régions du pays avec 27% soit +5pts qu’en 2016 contre 21% au niveau national.

Un fort besoin d’accompagnement

Mieux manger, mieux dormir, faire plus de sport… étant plus conscient des enjeux qui pèsent sur leur santé et leur hygiène de vie, les salariés de la région sont de plus en plus en attente de services proposés par leurs entreprises. Le besoin d’accompagnement est d’ailleurs nettement plus prononcé qu’ailleurs. Ainsi, ils étaient seulement 46% en 2016 à s’intéresser aux aides pour mieux maîtriser leur alimentation, ils sont aujourd’hui 58% contre 55% au niveau national.

Autre sujet majeur : l’allongement de la vie professionnelle. Les salariés des Hauts-de-France sont plus inquiets que leurs collègues des autres régions concernant par exemple le maintien du rythme de travail ou bien le traitement accordé aux seniors.

Ainsi, 49% se sentent incapables de travailler au même rythme dans 10 ans contre 53% au niveau national et 31% pensent qu’avoir plus de 45 ans représente un handicap pour leur entreprise contre 26% au national. Conséquence : l’avancement du départ à la retraite est souhaité par 69% des salariés contre 63% au niveau national. Sur cet enjeu, là aussi l’entreprise est attendue. 70% des salariés souhaitent être accompagné dans l’aménagement de leur fin de carrière.

 

Pour en savoir plus sur le décryptage des grandes tendances du baromètre santé et qualité de vie au travail et les chiffres clefs, rendez-vous sur notre 2ème numéro de We Demain ainsi que sur notre data-visualisation.

[1] Les 10 ans du baromètre santé et QVT résultent d’une enquête de perception unique par son échantillon et sa profondeur historique. Pour l’édition 2018 en Hauts-de-France, l’enquête régionale a été conduite en partenariat par Sociovision entre avril et mai 2018 sur un échantillon de 500 salariés du secteur privé.

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.