Interview
7 min

Interview de Luc Broussy, président de France Silver Eco

Président de France Silver Eco depuis 2014, directeur du groupe EHPA Conseil, Presse & Formation et de l’Executive Master de « Politiques du vieillissement et Silver économie » à Sciences-Po Paris, auteur en 2013 du rapport interministériel sur l’adaptation de la société au vieillissement, Luc Broussy porte un regard global sur les enjeux de la Silver Economie en France.

Quelles sont les missions principales de France Silver Eco ?

Notre ambition est de fédérer l’ensemble des acteurs de la Silver Economie dans un même écosystème et de faire des propositions aux pouvoirs publics. Nous avons vocation à regrouper des acteurs au fond très divers mais partageant tous le souhait d’adapter leur activité au vieillissement de la population. La centaine d’organismes que nous regroupons témoigne de la diversité de cet écosystème : fédérations sanitaires et médico-sociales, collectivités locales – régions, départements, métropoles –, organismes de protection sociale (comme la Cnavts ou Malakoff Médéric), start-ups ou grands groupes industriels comme La Poste, Orange, St Gobain, le Crédit Agricole, la Caisse des Dépôts et Consignations, Schneider, Engie, BPCE, Airbnb…

Comment définiriez-vous la Silver Economie ?

Au fond, la Silver Economie revêt deux réalités : la première repose sur la rencontre entre le vieillissement et la révolution numérique. Il s’agit ici  de toutes ces nouvelles technologies qui concourent à une meilleure prise en charge des personnes âgées. La seconde acception est plus panoramique :  elle implique tous les acteurs économiques et sociaux qui estiment que le vieillissement va avoir un impact sur leur activité et qui, en réponse, développent des solutions spécifiques pour les seniors. Par exemple : le Crédit Agricole ou la BPCE qui adaptent leurs propositions de prêts aux seniors, St Gobain qui fabrique des meubles à hauteur variable, Legrand qui développe des solutions de domotique ou encore La Poste qui fait évoluer les missions de ses facteurs vers des missions de repérage des fragilités des personnes âgées… Voilà pourquoi, concrètement, de très nombreux secteurs de l’économie (tourisme, grande distribution, transports…) sont désormais impliqués dans cette réflexion.

Comment France Silver Eco participe-t-elle concrètement à cette réflexion ?

Nous avons par exemple produit un Guide des Silver Régions pour recenser – ce qui n’avait jamais été fait avant – les initiatives prises dans les territoires de 13 Régions. Mais nous avons également mis en place un Comité national des Silver régions pour aider les Régions à mieux avancer. Nous avons également publié 3 guides sur l’achat public en juin 2016 avec le RESAH et l’UGAP. Nous avons également signé une convention avec Business France pour promouvoir le savoir-faire français à l’international. Je pense notamment aux efforts de nos entreprises pour aller conquérir des parts de marché en Chine. Enfin, nous avons imaginé, à la demande du gouvernement, la création d’un Observatoire national de la Silver Economie avec une double promesse : celle d’établir des données socio-économiques reconnues par tous et celle de s’entourer d’experts divers (sociologues, économistes…) afin de produire des études sur le sujet.

Quelle est la position de la France sur la place des seniors ?

La France a trois atouts essentiels pour devenir un pays leader sur la Silver Economie. Elle est d’abord le seul pays d’Europe à avoir adopté une loi véritablement transversale comme l’est la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement (loi ASV) ; elle  est également un des rares pays à avoir institutionnaliser une filière « Silver Economie » pilotée par l’Etat. Enfin, la France bénéficie d’un vrai savoir dans le domaine médico-social, ses groupes d’Ehpad étant désormais présents partout dans le monde (Brésil, Chine, Pologne, Allemagne, Espagne…). Cette « french touch », Emmanuel Macron l’a valorisé tout récemment lors de son voyage à Pékin en permettant la signature d’un mémorandum franco-chinois sur la Silver Economie.

Comment les entreprises peuvent-elles réussir dans ce domaine ?

Il y a un élément essentiel aujourd’hui : c’est la bonne coopération entre grands groupes et start-ups. La Poste s’est attaché les services d’une TPE rennaise pour développer sa tablette Ardoiz. Et Korian a développé avec la jeune start-up Familéo une modalité numérique qui renforce le lien social entre les résidents et leurs familles. Mais toutes les entreprises doivent se poser la question : en quoi le vieillissement de la population, et donc des consommateurs, va t-il avoir un impact sur mon activité ? Et comment s’y adapter en anticipant ?

Comment envisagez-vous l’avenir ?

Je suis frappé de voir le nombre de jeunes qui lancent des start-ups qui ont un lien avec la question du vieillissement. Notre savoir-faire dans ce domaine ajouté au dynamisme de Paris dans le domaine numérique – je pense notamment au succès de la French Tech – donne à notre pays des atouts pour devenir un acteur majeur de la Silver Economie. Je pense également que les groupes de protection sociale ont un rôle majeur à jouer dans le développement d’offres en direction du grand public. Or, pour l’heure, les actions des mutuelles, des groupes de prévoyance et de retraite complémentaire demeurent encore insuffisamment lisibles et visibles. C’est pourquoi j’ai considéré avec satisfaction la décision de Malakoff Médéric d’adhérer à France Silver Eco. Il y a là une prise de conscience salutaire car l’avenir de ces groupes se joue là aussi.

Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.