Article
6 min

Start up et seniors | Penser ensemble le “bien vieillir”

2 workshops, 3 axes de développement :
– La co-construction avec les seniors eux-mêmes, pour mieux aborder les problématiques des seniors
– Le digital et l’intelligence artificielle comme vecteurs de lien social
– L’articulation entre « bien vieillir » et « bien vivre »

Ces 3 axes identifient des solutions, et mettent avant tout en évidence la nécessité d’une prise de conscience quant à la question du bien vieillir. Nous sommes tous concernés, dès aujourd’hui. Il ne s’agit pas seulement de trouver des solutions aux problèmes rencontrés par les seniors, mais aussi de valoriser ce qu’ils apportent  à la société.

La co-construction pour mieux répondre aux problématiques des seniors

Le vieillissement de la population est une réalité qui s’impose à tous.  Il est indispensable de faire évoluer le regard sur les seniors et de développer avec eux des solutions au plus près de leurs besoins, de leurs attentes, de leur aspiration à garder une place à part entière dans la société afin d’y jouer un rôle de citoyens actifs. La difficulté à se projeter à un âge avancé a été identifiée pendant les workshops. La méconnaissance du quotidien des seniors peut être un réel frein au développement de solutions efficaces.

Cette nécessaire prise de conscience est un premier pas pour sortir des idées reçues, et réaliser que la question du bien vieillir concerne l’ensemble des citoyens, dans une démarche de co-construction. Penser ces nouveaux besoins nécessite une approche holistique et altruiste, qui ne cherche pas seulement à apporter des solutions aux seniors mais à réfléchir à ce que ces personnes peuvent apporter à la société, à travers leur expérience, leur savoir-faire, et leur temps disponible

Le digital et l’intelligence artificielle, vecteurs de lien social

Co-construire avec les seniors et prendre en compte leur réalité n’exclue pas de faire appel au digital, bien au contraire. Maintenir un lien social, rester connecté, est un enjeu majeur pour mieux vieillir. Comme le révèle le Baromètre de la retraite Malakoff Médéric réalisé par OpinionWay, pour 95% des retraités, rester actif intellectuellement et physiquement, et garder une vie sociale et familiale sont des éléments essentiels pour bien vieillir.

Plusieurs startups se positionnent comme facilitateurs de lien grâce au digital : Famileo, les Astroliens, Facilien ou Cette Famille développent la mise en relation grâce à des outils numériques. Les Talents d’Alphonse se positionne tout particulièrement sur la valorisation des talents et passions des seniors à travers sa plateforme de mise en relation avec un retraité de son quartier en vue d’apprendre à ses côtés. Dans le domaine de l’économie collaborative, Mamie Foodie propose un service traiteur qui met aux fourneaux des seniors passionnés de cuisine de toutes origines pour vos évènements. 

En 2030, l’effectif des personnes âgées de plus de 65 ans devrait s’élever à 16 millions, soit 33 % de plus qu’en 2015 selon l’étude Les seniors de plus de 65 ans à l’horizon 2030 réalisée par le démographe Hervé Le Bras pour Malakoff Médéric. La plus forte hausse représente le groupe des 80 – 85 ans dont le nombre devrait passer de 1,87 millions à 2,68 millions (+43%).

Comment rester mobile et autonome, pour conserver une vie sociale, en avançant en âge ? Cet enjeu sera au cœur des initiatives durant les prochaines années, car la mobilité favorise le maintien d’une vie sociale, tout en contribuant à stimuler physiquement et intellectuellement.

Le développement des véhicules autonomes et de l’intelligence artificielle va dans ce sens: l’objectif est de permettre au senior de rester acteur de sa vie et de la société en avançant en âge, afin de continuer à vivre pleinement, à partager et transmettre dans un monde intergénérationnel. En attendant la voiture autonome, la startup CityZen Mobility apporte aux personnes ne voulant ou pouvant plus conduire une solution de chauffeurs spécialement formés pour les accompagner.

Le suivi en temps réel des personnes âgées malades ou en perte d’autonomie à leur domicile est un autre enjeu. Certains objets connectés permettent à leurs proches de suivre leur état de santé à distance – via des capteurs qui permettent de donner l’alerte en cas de problème – et favorisent ainsi une intervention rapide. C’est par exemple ce que propose la start-up Life Plus ,qui permet aux personnes en perte d’autonomie vivant à leur domicile d’être connectées en permanence avec leurs proches ou leurs aidants et avec leur médecin. Le digital joue alors pleinement son rôle de (re)créateur de lien social à travers des outils au service de la santé et des relations intergénérationnelles.

Articuler « bien vieillir » et « bien vivre »

Pour les participants aux workshops, être acteur du bien vieillir, c’est s’appuyer sur cinq piliers majeurs : la santé, les finances, le logement, la vie sociale et la vie cérébrale. C’est apprendre à tous les âges et être heureux. En ce sens, le « bien vieillir » est indissociable du « bien vivre ». Etre heureux contribue au maintien en bonne santé. Etre heureux, c’est bien bouger, bien manger, prendre du plaisir et sourire, rencontrer les autres et rester bienveillant – envers les autres et aussi envers soi-même.

Un constat partagé par Philomène qui préconise le sur-mesure pour permettre au plus grand nombre de conserver une activité et du lien social : plus qu’une mission, une philosophie. Les créateurs d’Alim 50+, start-up spécialisée sur les conseils et les informations pédagogiques auprès des seniors concernant l’alimentation partagent cette approche holistique, car l’écoute et l’accès à de nouveaux savoirs favorisent la stimulation intellectuelle, gage d’une plus grande ouverture au monde et d’un vieillissement dans de meilleures conditions.

Quel monde pour demain ?

À quoi ressemblera le monde de demain dans lequel les seniors seront amenés à vieillir ? Il sera connecté tout en laissant une place importante à l’humain. Il favorisera l’autonomie dans les différents aspects de la vie (mobilité, santé, habitat, loisirs, consommation…) et le lien entre les individus et les générations.

Il devra s’inscrire dans une logique de proximité, à laquelle les seniors sont particulièrement attachés. Enfin, il devra concilier deux exigences au demeurant paradoxales : comment proposer à la fois des solutions pour tous adaptées au besoin de chacun ?

Il se construit aujourd’hui, quand nous interrogeons les seniors pour mieux les comprendre et que nous nous ouvrons à la co-construction : jeunes et seniors, grands groupes et start-up entreprises et citoyens.

Mots clés :
Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.