Article
8 min

SWAF | Le verre qui (re)connecte les seniors à la société

Créer un verre connecté qui permettrait de rappeler à chacun, en particulier aux seniors, de s’hydrater tout au long de la journée. Un outil vecteur d’une meilleure santé mais aussi de lien intergénérationnel.

Un verre connecté pour mieux s’hydrater, il fallait y penser !

L’idée a commencé à germer après la canicule de 2003 et ses 20 000 décès en France. Puis, en 2015, de nouveau plus de 3 000 personnes âgées sont décédées par déshydratation. J’ai alors rencontré de nombreux professionnels du secteur de la santé et de la prévention. J’étais stupéfait d’apprendre que la sensation de soif diminuait dès 65 ans. De là est venue l’idée de faire d’un verre connecté un compagnon du quotidien.

Vous avez donc travaillé avec des acteurs de la Silver Economy ?

Nous avons testé un prototype avec les personnes âgées et travaillé avec leurs accompagnants, les médecins hospitaliers… Je me suis alors rendu compte de l’importance du facteur psychologique dans la déshydratation : l’isolement génère la malnutrition. Autre point clé : leur difficulté à comprendre l’impact de la déshydratation sur leur état de santé. C’est pourquoi nous avons créé bien plus qu’un simple objet connecté avec tout un panel de services associés pour la personne, les accompagnants, les décideurs, etc.

Quels sont ces services associés ?

L’idée consiste à réapprendre à boire correctement c’est-à-dire régulièrement et la bonne quantité. Le verre calcule les fréquences idéales et clignote quand c’est le bon moment de boire. Notre 1er service propose en ce sens une méthodologie innovante pour les personnes accompagnées composée de parcours d’hydratation et de serious games.

Le 2e service s’adresse aux aidants et aux accompagnants pour les aider à trouver le bon message au bon moment. Nous avons travaillé sur ce point avec le service marketing de Danone qui nous a beaucoup éclairé sur le rapport entre nutrition et santé.

Enfin, nous proposons un 3e niveau de service pour les décideurs privés, tels que les assureurs, les conseillers généraux… Les études chiffrées concernant les personnes âgées sont rares et désormais obsolètes. Avec le verre connecté, ils vont pouvoir bénéficier de chiffres actualisés et adapter en conséquence leurs actions pour les seniors.

Votre idée d’origine a donc évolué ?

Nous en sommes à la 5e version du verre connecté ! Nous avons notamment retravaillé le design pour le rendre plus sobre. L’objet est aujourd’hui devenu un porte-verre connecté. La personne utilise ainsi son propre verre, c’est plus hygiénique et il a moins l’impression d’être surveillé en permanence. Nous voulions surtout éviter « l’effet gadget ». C’est pourquoi nous avons opté pour un modèle btob et non btoc, même si nous avons de nombreuses demandes de la part des particuliers. Nous travaillons donc avec des sociétés d’aide à la personne, des établissements médicaux… qui le revendent à leurs propres clients ou patients. 150 de nos verres connectés sont déjà en circulation mais  ils sont parfois utilisés par plusieurs personnes.

SWAF s’adresse donc aux personnes âgées mais par le biais d’un tiers ?

Le service n’est pas exclusivement réservé aux seniors. Nous travaillons sur de multiples axes tels que les sportifs, les bébés et jeunes enfants, les femmes enceintes, les travailleurs sédentaires… La question de l’hydratation touche de nombreux secteurs. Nous avons récemment remporté un prix dans le monde du sport, un autre dans le bien-être. Nous sommes même devenus le coordinateur d’un certain nombre de sociétés qui veulent changer les choses. Un verre d’eau touche tout le monde !

Quels sont vos axes de développement en cours ?

Nous recevons de fortes demandes de la part de pays étrangers, dont le Japon confronté au fort vieillissement de sa population. Les seniors y sont très respectés. En tant que start-up 100 % française, notre savoir-faire technologique mais aussi nos connaissances en matière de nutrition constituent une forte valeur ajoutée. La Suisse se montre aussi très intéressée. Nous avons également été reçus à l’Élysée. Cela fait plaisir de voir que notre discours est apprécié même des décideurs.

Et avec les entreprises de la Silver Economy ?

Nous travaillons avec Orange autour de 2 offres : Orange Senior et Orange Healthcare. Nous collaborons aussi avec des PME locales et proches de la personne, des start-ups… Nous avons un projet avec La Poste qui lance un service de visite des personnes isolées. Grâce aux données du verre connecté, les facteurs pourront ainsi penser à hydrater la personne.

Il y a une vraie dimension sociale dans ce projet ?

Tout à fait. Nous refusons même de travailler avec certains groupes qui ne comprennent pas cette dimension sociale et ne perçoivent que l’aspect technologique et connecté. SWAF contribue à briser l’isolement et à lutter contre les déserts médicaux. Nous sommes ainsi en cours de réflexion autour de projets communs avec l’économie sociale et solidaire. Et pourquoi pas obtenir un label international !

Que souhaitez-vous transmettre à travers votre verre connecté ?

Prenez du plaisir en buvant, ne vous focalisez pas sur le message. Le plaisir et le goût sont primordiaux donc pensez à boire du thé, des jus de fruits… C’est aussi de l’hydratation. Quand on comprend les choses, on est plus apte à les accepter et à les faire changer. Et c’est bénéfique pour tous : la personne âgée mais aussi les proches et les aidants. On recrée du lien humain.


SWAF en bref

http://www.swaf.io/

Présentation en une phrase : favoriser une meilleure hydratation grâce à un verre connecté et recréer ainsi du lien social autour du partage de données

Date de création : courant 2016

Effectif : 3 collaborateurs dont un médecin

Chiffres clés : environ 150 unités en circulation mais plus d’utilisateurs

Mots clés :
Notre newsletter
Recevez tous les mois l'actualité du comptoir mm dans votre boîte mail.

Cette Newsletter est éditée par l'Association de Moyens Assurances (AMA) : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 - 21 rue Laffitte 75317 Paris cedex 09 - Tél. : 01 56 03 34 56 Siret : 812 986 289 00013 - N° Orias : 16000160.
En application à la loi Informatique et Libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et, le cas échéant, de suppression de toute information vous concernant figurant dans nos fichiers, en vous adressant à : sgil.assurance@malakoffmederic.com ou à Malakoff Médéric- Pôle Informatique et Libertés Assurance - 21 rue Laffitte - 75317 Paris Cedex 9.